dimanche 29 septembre 2013

La vie des champs

"Soit qu'on élève des chevaux pour obtenir les palmes olympiques, soit qu'on nourrisse de vigoureux taureaux pour le labour, il faut, avant tout, bien choisir les mères. Une belle génisse est celle qui a le regard farouche, la tête grosse, le cou épais, et dont le fanon pend depuis le menton juqu'aux genoux.
Ses flancs s'étendent sans mesure. Tout en elle est grand, même le pied; ses cornes sont recourbées et ses oreilles velues. J'aime aussi qu'elle soit tachetée de blanc, qu'elle se refuse au joug, qu'elle menace quelquefois de la corne, qu'elle ait la face du taureau, et que de haute taille, elle balaie de sa queue la trace de ses pas."

VIRGILE - Géorgiques

samedi 28 septembre 2013

Solitude



« Si toutes les bêtes disparaissaient, les hommes mourraient d’une grande solitude de l’esprit »
Chief Seattle

vendredi 27 septembre 2013

Tranches de vie et trucs utiles




Un bel après-midi d’été, nonchalant, va sur sa fin. Le soleil tache d’or les feuilles du seringat derrière lequel il va s’endormir. L’air tiède sent la rose et la lavande. Les branches en berceau du noisetier abritent des fauteuils et la chaise longue en bambou, dans laquelle, avec à la main un verre de jus de tomate parfaitement assaisonné, piquant mais pas trop, frais mais pas glacé, vous vous apprêtez à feuilleter un bel album tout neuf, dont le papier glacé est doux sous les doigts. Il est tout plein de recettes d’élixirs et de friandises dont les photos font un peu saliver. Vous êtes autorisés à remplacer le jus de tomates par un Kir, un scotch ou un pastis, ou un blanc sec bien frais… ou un Bloody Mary pour garder la couleur.
L’heure est tiède, paisible, savoureuse et voici qu’arrivent finement découpées sur la planche, les rondelles d’un saucisson bien sec…
Et… donc… ça nous fait trois occupations pour seulement deux mains !
Sybarite, vous ne voulez renoncer à rien, aussi agencez-vous un savant équilibre de la main gauche entre l’album et le verre de jus de tomate et vous tendez la droite vers le saucisson… et…splatch !!! Le verre bascule, répandant son rouge contenu, sur les coussins, votre pantalon et… le bas des pages en papier glacé. Le reste de votre exquis breuvage a terminé son parcours dans l’herbe et votre beau bouquin est foutu. Les spectateurs rigolent en se goinfrant de saucisson.
Gardez votre dignité … cool…zen… tout ça se répare, mais en bon ordre !
Avant d’aller vous resservir un verre – il y a des réserves - passez à l’eau fraîche vêtements et coussins éclaboussés : vite rincée, la tache ne s’incruste pas.
Puis, avec un papier absorbant (blanc), essuyez délicatement les pages de votre livre ; entre chacune, glissez des mouchoirs jetables (blancs aussi), que vous aurez dédoublés ; mettez le livre entre une surface plane et une planche ; posez dessus un poids assez lourd. Au bout de deux jours, tout est sec et si les pages restent légèrement gondolées (il n’y a pas de miracle !), au moins elle ne sont ni collées ni tachées. Votre bel album ne sera plus neuf, mais marqué d’une certaine personnalité.
Enfin, les dégâts réparés, un verre plein à la main, retournez sous le noisetier, mais n’espérez plus de saucisson… personne ne vous a attendu !

jeudi 26 septembre 2013

Tailler...


Il est temps de tailler les groseilliers, en gardant en mémoire qu'ils fructifient sur le bois de l'année passée.
Pour qu'ils forment de beaux buissons, garnies de grappes dodues,  éliminez les branches du centre en ne gardant que les plus beaux rameaux du pourtour..


mercredi 25 septembre 2013

La Vie des Champs


"... tous les êtres qui peuplent la terre, les hommes, les animaux domestiques ou sauvages, les habitants de l'air et des eaux s'abandonnent aux transports et aux ardeurs de l'amour; l'amour exerce sur tous le même empire.
Jamais la lionne, oubliant ses petits, ne parcourt les campagnes avec plus de fureur; jamais les ours affreux ne répandent plus le carnage et la mort dans les forêts. Alors, le sanglier devient féroce, le tigre sanguinaire...
Voyez-vous les chevaux frissonner de tous leurs membres, quand l'air seulement leur apporte une odeur bien connue? Rien ne peut alors les arrêter, ni le frein, ni le fouet, ni les rochers, ni les ravins, ni les fleuves qui entraînent dans leurs eaux des quartiers de montagnes.
Le sanglier lui-même bondit, aiguise ses défenses, laboure la terre de ses pieds, frotte ses flancs contre les arbres et les durcit aux coups.
Que dirai-je des lynx... des loups et des chiens si ardents, et des cerfs qui, malgré leur timidité, se livrent des combats?"

VIRGILE - Géorgiques

Thomas Fersen - Les pingouins des îles [Audio Officiel]

dimanche 22 septembre 2013

L'Hortensia


En 1769, alors qu’il abordait les côtes de la Chine, le corsaire botaniste Philibert Commerson découvrit simultanément une fleur alors inconnue en Europe, et qu’un de ses hommes d’équipage était une femme. Hortense Barré, son amoureuse, avait comme dans la chanson pris l’habit de matelot pour s’embarquer à bord du navire. Philibert baptisa la fleur hortensia et en rapporta des boutures.
L’histoire ne dit pas ce qu’il advint des amours d’Hortense et de Philibert, mais depuis l’hortensia, qui se plaît particulièrement en Bretagne, fleurit les jardins à la fin de l’été. Il forme de gros buissons roses qu’on peut faire virer au bleu en lui mettant au pied, au mois d’avril, du sulfate d’aluminium ou de l’ardoise pilée.
hortensias, bouquet aquarelle, bouquet d hortensia, aquarelle peintureL’hortensia se taille peu, seulement quand il prend trop de place et jamais en automne. Il faut lui laisser ses fleurs fanées qui protègent les bourgeons du gel. Au printemps, on élimine les branches mortes, on ôte les fleurs qui ont séché en prenant bien garde de ne pas casser la promesse de la fleur future qui se trouve juste en dessous.
 Les hortensias font merveille en bouquets secs, aussi est-ce en septembre qu’on peut en prélever quelques têtes qu’on fait sécher la queue en l’air dans un endroit chaud et sec, à l’abri de la lumière pour ne pas ternir les couleurs.Une autre méthode consiste à les placer dans un vase avec un peu d’eau qu’on laisse évaporer.
Quand votre hortensia est « à point », tout en écoutant Yvette Giraud chanter « Mademoiselle Hortensia », (1946 paroles.net), mariez-le avec des amours en cage et de la monnaie du pape, glissez dans le bouquet, les sept épis de blé prélevés sur la dernière moisson qui vous assureront pour toute l’année le pain dont vous avez besoin et vous voilà nourris et fleuris jusqu’au prochain été. P.

samedi 21 septembre 2013

La vie des champs

"Jamais l'orage n'a surpris les moins prévoyants. dès qu'il s'élève du fond des vallées, les grues s'enfuient au plus haut des cieux; la génisse lève la tête vers le ciel et aspire l'air par ses larges naseaux; l'hirondelle voltige autour des lacs en poussant un cri aigu, et les grenouilles, dans leurs marais, répètent leur éternelle plainte. Souvent aussi la fourmi transporte, par un étroit sentier, ses oeufs hors de sa demeure... et des légions de corbeaux, quittant les pâturages, font retentir les airs du battement de leurs ailes.
On voit encore les divers oiseaux de mer, et ceux des bords du lac Asia..., tantôt arroser à l'envi leurs ailes, tantôt s'exposer au milieu des flots, tantôt en parcourir la surface, et ne pouvoir se rassasier du plaisir de se baigner dans l'onde...
Les jeunes filles elles-mêmes, en tournant le soir leurs fuseaux, s'attendent au mauvais temps lorsque l'huile pétille dans leur lampe, et que la mèche forme de légers champignons."

VIRGILE - Géorgiques

vendredi 20 septembre 2013

La langue du Chat

Mon chat, hôte sacré de ma vieille maison,
De ton dos électrique arrondis la souplesse,
Viens te pelotonner sur les genoux, et laisse
Que je plonge mes doigts dans ta chaude toison.

Ferme à demi, les reins émus d'un long frisson,
Ton oeil vert qui me raille et pourtant me caresse,
Ton oeil vert semé d'or qui, chargé de paresse,
M'observe d'ironique et bénigne façon.

Tu n'as jamais connu, philosophe, ô vieux frère,
La fidélité sotte et bruyante du chien;
Tu m'aimes cependant et mon coeur le sent bien.

Ton amour clairvoyant et peut-être éphémère
Me plaît; et je salue en toi, calme penseur,
Deux exquises vertus: scepticisme et douceur.
Jules LEMAITRE

jeudi 19 septembre 2013

Message pour les trois blogs

Mes amis que j'aime, vous m'avez demandé de supprimer le mot clé qui vous indispose. Je l'ai fait... Mais me voici de nouveau accablée de spams de toutes natures.
Alors parce qu'il est moins long de taper un mot clé que de nettoyer la boîte mail trois fois par jour et aussi par principe anti-spam, j'en suis navrée mais le mot clé sera de retour et cette fois définitivement.
Bises à tous
P

Le compost, Cékoidonk?

Tous les jardiniers le savent, mais tout le monde n'est pas jardinier, et puis il est des jardiniers débutants. 
Le compost est si utile au jardin qu'il serait péché de n'en pas parler. Or sur ce blog, qui se veut jardinier, il n'est pas mentionné ou si peu! Réparons cet oubli.
Vous êtes jardiniers, personnes soucieuses d'écologie; or il n'est rien de plus écologique que le compost qui est la poubelle de vos déchets organiques. Déchets qui avec le temps vont devenir humus que vous pourrez mélanger à la terre lors des plantations, comme on le fait d'un engrais.
Mais objectez-vous, comment s'y prend-on pour faire un bon compost?
Vous pouvez bien entendu, acheter un composteur en jardinerie, mais vous pouvez aussi faire comme au temps où les jardineries n'existaient pas en réservant au compost un petit coin de votre jardin. L'idéal est bien entendu de l'enclore d'un muret ou de quelques planches, mais une haie de petits arbustes ou de plantes drues fait parfaitement l'affaire. Pensez bien à laisser à l'entrée le passage d'une brouette.
Quand vous aurez délimité le bon emplacement, il ne vous reste plus qu'à y déverser en morceaux pas trop importants, épluchures, tontes de gazon, eaux usées (sans détergent), tailles et désherbages des massifs - ces deux derniers préalablement réduits en cendre pour éviter la propagation des maladies et des semences indésirables- et d'ailleurs, la cendre de cheminée s'intègre bien au compost. Si  vous avez des chevaux pour voisins, ils vous céderont volontiers quelques crottins dont ils ne sont pas chiches. Mais n'en abusez pas, le crottin en grande quantité peut se révéler trop "chaud".
Ce compost en hiver, vous le recouvrirez d'une bâche car le froid ralentit la décomposition (c'est là que le crottin intervient avec pertinence). En été, n'oubliez pas d'arroser et de remuer de temps à autre. Voyez-vous, c'est comme en cuisine, il faut déglacer et touiller; le compost est en quelque sorte la bonne cuisine
du jardin.
Au bout d'une année environ, la base de votre compost laissera voir une matière noire: le riche terreau que vous allez pouvoir utiliser!

Mady Mesplé Heure exquise (la veuve joyeuse)

mercredi 18 septembre 2013

Colchique dans les prés...

Quand on entend la chanson, le pus beau de l'été est passé...
Pour que la colchique fleurisse à l'automne, vous aurez en juillet planté ses gros oignons qui peuvent s'épanouir à sec dans la panier si vous avez trop tardé.
Bordez vos massifs de ses fleurs roses et tubulaires, à la silhouette effilée et à la gorge blanche. Attention! cet automne, de la colchique vous ne verrez que la fleur et, me direz-vous, c'est le plus important. Gardez soigneusement son feuillage qui ne se montrera qu'au printemps: c'est lui qui nourrit le bulbe afin qu'il refleurisse à l'automne.
Vous planterez la colchique le nez en l'air pour que la fleur sorte bien droite, à 20 cm en terre, soit plus profond que tulipes et jonquilles.
C'est fait? Vous n'avez plus qu'à attendre septembre et les premières fraîcheurs. 
Soyez vigilants et prévenez les enfants: la colchique au teint si doux est une redoutable empoisonneuse. Les feuilles heureusement en sont amères assez pour décourager toute gourmandise aventureuse.
Et puis, à votre place - bien que j'en suis certaine vous ne suciez plus votre pouce- je mettrais des gants pour manipuler les oignons. A défaut, n'omettez pas de vous laves soigneusement les mains en rentrant du jardin.

mardi 17 septembre 2013

Pour des prunes...

Voilà des fruits "bien de chez nous"!
Le prunier, s'il est originaire d'Europe Centrale et d'Asie Mineure, a pris racine chez nous vers le XVI° siècle. D'ici ou d'ailleurs, ces pruniers redevenus sauvages qui prospèrent sur un ancien verger au point d'en faire, associés à quelques ronces et églantiers une véritable broussaille, ne datent pas d'hier. Pline l'Ancien tout comme Hérodote les ont mentionnés.
Le prunier se soucie peu de la qualité du terrain qu'il envahit, ni du climat des lieux où il s'installe bien que certains, plus délicats, préfèrent un climat continental aux hivers rigoureux et aux étés chauds. Raison pour laquelle la mirabelle s'épanouit en Lorraine et la quetsche en Alsace.
Le prunier en ses jeunes années est vigoureux, puis ainsi que nous faisons, devient raisonnable en prenant de l'âge.C'est un arbre qui néglige quelque peu son apparence avec des branches portées un peu n'importe comment et des racines qui laissent proliférer de nombreux rejets. Ce désordre produit au printemps un foisonnement de fleurs blanches du plus sympathique effet, mais gare aux longues épines qui défendent les rameaux dont vous aimeriez faire un bouquet... bouquet qui d'ailleurs ne "tient" guère en vase.
Quant aux fruits, méfiez-vous de la simple appellation de "prune". Préférez ceux qui ont un nom: reine-claude, quetsche ou bien mirabelle, et là encore restez circonspect: il n'est de mirabelle que de Lorraine. Ce qu'on propose sous ce nom cueilli en d'autres régions ne vous donnera qu'une piètre idée de ce joli fruit rond, doré, aux joues roses piquetées de taches de rousseur et carrément plus gros qu'une belle cerise.
Vous trouverez en Août, dans le sud-ouest, le perdrigon qui convient au séchage et se conserve sous forme de pruneau. Il est gros, rouge violacé et sa chair en fin d'été est juteuse et sucrée.
Pour avoir un verger de pruniers, point n'est besoin d'un sol parfait; leur enracinement superficiel les rend faciles à loger. Vous installerez les hautes tiges à 6m. d'intervalle et les demi-tiges à 5m. En espalier, vous les espacerez de 2 à 3m.. Puis, vous attendrez pendant 5 années une vraie belle récolte qui peut se faire fruit par fruit; cependant en Lorraine, il est de tradition de "secouer" les mirabelles sur de grands draps blancs étendus au pied de l'arbre.
La taille est simple et consiste en un simple élagage. N'omettez pas pourtant, un peu de mastic à cicatriser sur les plaies qui produisent de la gomme.

lundi 16 septembre 2013

L'arbre qui vous fait signe

Le Tilleul ou l'altruisme

A l’ombre du tilleul s’abrite la vérité disaient les Celtes.
Vous qui êtes nés du 13 au 22 septembre ou du 11 au 20 mars et qui venez de récolter vos fleurs de tilleul annuelles, ne jetez pas celles de l’année dernière ; pour vous protéger de la passion et de ses funestes effets, ensachez-les et disposez-les un peu partout dans votre logis. Car vous qui êtes nés protégés par les branches du tilleul êtes un rêveur hypersensible que la réalité déçoit toujours. La tête au ciel et les pieds retenus dans la terre, le quotidien vous ennuie. Seul le merveilleux vous stimule et vous parvenez parfois à communiquer votre émerveillement bien que la plupart du temps on ne vous prenne guère au sérieux ce dont vous vous moquez éperdument. Votre vérité est ailleurs.
Pour les Celtes, vous étiez l’art et la poésie.
Le Tilleul est un arbre des plaines. Il est aussi bien souvent citadin. Vous ne manquerez pas d’en rencontrer ombrageant les places de villages ou le long des rues et des allées, souvent depuis plusieurs siècles puisqu’on sait des tilleuls âgés de plus de 400ans.
Nul n’ignore les nombreuses vertus de l’infusion de tilleul, ni la manière si simple de la préparer, mais on connaît moins sans doute l’histoire de Philyra.
Elle était fille d’Océan et pour s’unir à elle, Cronos se fit cheval. Héra la prude eût vent de ces amours doublement monstrueuses à ses yeux puisque Cronos était de plus frère d’Océan et donc l’oncle de la nymphe. Fuyant au galop la colère de la déesse, Cronos abandonna Philyra qui, peu après mit au monde un être étrange, mi- homme, mi- cheval.  Epouvantée à la vue de cet étrange nourrisson , elle implora son père de lui éviter cette honte. Océan la changea en tilleul. Pourtant cet enfant n’aurait pas dû tant la désespérer. Il devint Chiron, le plus connu et le plus sage des Centaures. Celui qui savait prédire l’avenir et conseiller les rois ; celui à qui on donna pour élèves Jason, Achille et Asclépios à qui il enseigna la médecine et les propriétés des plantes.



samedi 14 septembre 2013

La vie des champs

Voulez-vous avoir de belles laines, éloignez vos brebis des arbustes épineux, de la bardane et du chardon; évitez les gras pâturages, et choisissez toujours des troupeaux dont la toison soit blanche et douce. Si votre bélier, fût-il éclatant de blancheur, a le palais chargé de salive et la langue noire en dessous, rejetez-le de peur que la toison des agneaux ne porte une marque de la même couleur, et cherchez-lui un successeur dans le troupeau....
Préférez-vous le laitage? garnisseez vous-même vos étables de cytise, de lotos et d'herbes salées.
Vos chèvres se désaltéreront davantage, leurs mamelles seront plus gonflées, et le sel donnera au lait une saveur plus exquise.

VIRGILE - Géorgiques

vendredi 13 septembre 2013

Flashmob Orchestres en fête ! Paris North station - Arlésienne de Bizet

La lépiote

La lune monte tandis que la lépiote s'élève...
Il est des endroits bénis où l'on peut ramasser  des cèpes à s'en "bousiller le dos" ; il faudra ici , glaneuse, te contenter des gracieuses coulemelles. Une belle récolte ce matin?
Et ton imagination s'envole en direction d'une baveuse omelette. La raison te recommande de garder au congel  pour cet hiver une partie de cette récolte, mais....insistante , s'impose l'idée d'une soupe... oui, c'est ça: trier les jeunes et tendres chapeaux pour l'omelette et les autres, accompagnés d'un oignon, d'un vert de poireau, d'une ou deux feuilles de cèleri, d'un brin de persil et d'une gousse d'ail... en y ajoutant une tendre BF pour l'onctuosité... ces autres vont devenir ce qu'un "nouveau cuisineux" baptiserait un "Velouté de nos Forêts". 
Il t'es bien venu, glaneuse,  des pulsions de clous de girofle ou de thym, mais tu as craint d'embrumer le parfum de la coulemelle. Tu as bien fait... la soupe était onctueuse à souhait sans même réclamer une lichette de crème fleurette. Tu la tenais prête, mais au goûter, elle t'a semblé inutile.
Puis tu as encore quelques chapeaux pour ensauvager demain des spaghettis...


Ah, mais ... et le congel, les provisions d'hiver... Eh bien, tu y retourneras demain! les gelées ne menacent pas encore; avant que  la lune ne soit  pleine, tu  as  encore de belles récoltes à faire.

mercredi 11 septembre 2013

carmen à grenoble flashmob au restaurant le 5, habanera

Vieilles pierres

On a presque toujours dans un jardin, un coin moche; c'est un reste de bâtiment démoli, un mur écroulé, des marches d'escalier qui ne montent plus nulle part, bref des tas de gros cailloux assez lourds à remuer et que d'ailleurs on ne saurait ou transporter.
Le jardin est l'endroit magique ou toute catastrophe peut se transformer en paysage inédit. Car oui, de ces tas de cailloux vous pouvez faire un massif fleuri car il est des intrépides qui poussent même dans le béton.
Qui çà?
Eh bien, par exemple, de petites campanules, des aubriètes; on trouve ici, sur la cloche d'un vieux four à pain, des grappes d'aubriètes semées par un voisin disparu depuis plus de vingt ans . Elles ont sauté le mur pour changer de jardin et chaque printemps elles accrochent leurs grappes violettes sur le rouge des briques. Merci, défunt voisin!
Vous avez aussi les violettes et leurs cousines les "viola cornuta" qui ressemblent aux pensées sauvages et puis de petits oeillets qui sont à l'aise dans les vieilles pierres.
On peut les semer à la volée ou bien les planter dans les interstices que vous aurez remplis de terre de taupinière.
Mais oui, au lieu de râler après les taupes qui certes, font des bosses sur vos pelouses, mais dévorent tant de larves d'insectes néfastes à vos cultures; au lieu de râler et de chercher à les exterminer, servez-vous de cette belle terre bien remuée, bien fine, bien travaillée et qui est excellente aussi pour rempoter.

mardi 10 septembre 2013

Jardins de plume

"... une modeste maison bâtie en granit et couverte en bois. Le toit de cette espèce de chaumière, en harmonie avec le site, était orné de mousses, de lierres et de fleurs qui trahissaient une haute antiquité. Une fumée grêle, dont les oiseaux ne s'effrayaient plus, s'échappait de la cheminée en ruine. A la porte, un grand banc était placé entre deux chèvrefeuilles énormes, rouges de fleurs et qui embaumaient. A peine voyait-on les murs sous les pampres de la vigne et sous les guirlandes de roses et de jasmin qui croissaient à l'aventure et sans gêne. Insouciants de cette parure champêtre, les habitants n'en avaient nul soin, et laissaient à la nature se grâce vierge et lutine. Des langes accrochés à un groseillier séchaient au soleil. Il y avait un chat accroupi sur une machine à teiller le chanvre, et dessous, un chaudron jaune, récemment récuré, gisait au milieu de quelques pelures de pommes de terre. De l'autre côté de la maison, Raphaël aperçut une clôture d'épines sèches, destinée sans doute à empêcher les poules de dévaster les fruits et le potager. Le monde paraissait finir là...."

BALZAC - La Peau de chagrin

lundi 9 septembre 2013

Le platane



Il fut un temps question d'abattre les dangereux platanes qui, le long des routes de Provence se jetaient sauvagement sur d'innocents automobilistes. On ne parle plus de ce projet imbécile et les voies du Midi courent toujours à l'ombre de ces grands beaux arbres dont l'un d'eux abrita jadis les amours de Zeus et d'Europe.
Xerxès, le "Roi des Rois", aimait tant un de ses platanes qu'il l'orna d'une couronne d'or. Et c'est également sur des platanes que les Romains ont inventé l'art du topiaire. Des jardiniers nommés topiarii, conduisaient les jeunes arbres de façon à leur donner les formes les plus improbables, comme le font encore aujourd'hui les Japonais amateurs de bonzaïs.

dimanche 8 septembre 2013

L'orchis bouc

Il doit son nom au fumet qu'il dégage assez semblable à celui de son confrère le cornu. On le trouve dans les fiches, en sol calcaire plutôt sec.
Cet original montre ses feuilles gris-vert à l'automne; elles persistent tout l'hiver et se fanent au printemps quand se montrent les fleurs. Sous terre, les tubercules se reposent et produisent des feuilles à l'automne, qui se fanent au printemps quand.......etc...


La Langue du Chat


"Il n'y a pas de preuve que la puce, qui vit sur la souris, craigne le chat."
Henri MICHAUX

samedi 7 septembre 2013

Le Bois-Joli


Le Bois-Joli ne sert à rien, sauf à être joli. On lui dit aussi Bois-Gentil, pourtant gentil, il ne l'est guère.
Ses fleurs ravissantes le couvrent d'une neige parfumée bien avant que ne se montrent ses feuilles; plus tard, il offre des fruits rouges et luisants dangereusement attirants puisque sous cette séduisante apparence, le Bois-Joli est un toxique majeur.
Son seul usage légal et recommandé sera d'embellir vos jardins; pour l'autre, ma foi... à vos risques et périls...

lundi 2 septembre 2013

Vadrouille et mirabelles

La concierge est dans l'escalier et la chroniqueuse "aux mirabelles"




à vendredi, ou samedi, ou?????

Confiture d'abricots à la lavande

Le temps des abricots se termine et la lavande est en fleurs. Profitez en pour vous faire un beau souvenir pour l'hiver:

Prenez deux kilos d'abricots et sept ou huit jolis bocaux.
Mettez le bocaux en lieu sûr et occupez-vous des abricots que vous allez couper en deux ou en quatre selon leur taille. 
Dans la bassine en cuivre, laissez-les reposer arrosés d'un jus de citron et enrobés de livre pour livre de sucre de canne roux. Vous y ajouterez les amandes d'une partie des noyaux que vous aurez cassés. 
Tout au long de la journée, pensez à "tourner" vos abricots à l'aine d'une longue cuiller en bois.
Le lendemain, quand le sucre est fondu, posez la bassine sur un feu assez vif mais pas trop, en ajoutant les fleurs égrainées d'une dizaine de brins de lavande. Ne laissez pas attacher; vérifiez la cuisson en laissant tomber quelques gouttes de sirop sur une assiette froide. Si elles restent solides, la confiture est prête.
Mettez en pots que vous boucherez chauds et que vous laisserez refroidir tête en bas.
Il ne vous reste plus qu'à calligraphier une belle étiquette, et dès les premiers soirs un peu frais à goûter votre soleil en pots accompagné de riz au lait.

dimanche 1 septembre 2013

Y'a un truc...

L'estragon que vous venez de planter se porte bien...Prélevez quelques branches avec lesquelles vous parfumerez in litre de bon vinaigre de cidre.
Et n'oubliez pas avant l'hiver de faire sécher des feuilles pour le même usage.