vendredi 27 septembre 2013

Tranches de vie et trucs utiles




Un bel après-midi d’été, nonchalant, va sur sa fin. Le soleil tache d’or les feuilles du seringat derrière lequel il va s’endormir. L’air tiède sent la rose et la lavande. Les branches en berceau du noisetier abritent des fauteuils et la chaise longue en bambou, dans laquelle, avec à la main un verre de jus de tomate parfaitement assaisonné, piquant mais pas trop, frais mais pas glacé, vous vous apprêtez à feuilleter un bel album tout neuf, dont le papier glacé est doux sous les doigts. Il est tout plein de recettes d’élixirs et de friandises dont les photos font un peu saliver. Vous êtes autorisés à remplacer le jus de tomates par un Kir, un scotch ou un pastis, ou un blanc sec bien frais… ou un Bloody Mary pour garder la couleur.
L’heure est tiède, paisible, savoureuse et voici qu’arrivent finement découpées sur la planche, les rondelles d’un saucisson bien sec…
Et… donc… ça nous fait trois occupations pour seulement deux mains !
Sybarite, vous ne voulez renoncer à rien, aussi agencez-vous un savant équilibre de la main gauche entre l’album et le verre de jus de tomate et vous tendez la droite vers le saucisson… et…splatch !!! Le verre bascule, répandant son rouge contenu, sur les coussins, votre pantalon et… le bas des pages en papier glacé. Le reste de votre exquis breuvage a terminé son parcours dans l’herbe et votre beau bouquin est foutu. Les spectateurs rigolent en se goinfrant de saucisson.
Gardez votre dignité … cool…zen… tout ça se répare, mais en bon ordre !
Avant d’aller vous resservir un verre – il y a des réserves - passez à l’eau fraîche vêtements et coussins éclaboussés : vite rincée, la tache ne s’incruste pas.
Puis, avec un papier absorbant (blanc), essuyez délicatement les pages de votre livre ; entre chacune, glissez des mouchoirs jetables (blancs aussi), que vous aurez dédoublés ; mettez le livre entre une surface plane et une planche ; posez dessus un poids assez lourd. Au bout de deux jours, tout est sec et si les pages restent légèrement gondolées (il n’y a pas de miracle !), au moins elle ne sont ni collées ni tachées. Votre bel album ne sera plus neuf, mais marqué d’une certaine personnalité.
Enfin, les dégâts réparés, un verre plein à la main, retournez sous le noisetier, mais n’espérez plus de saucisson… personne ne vous a attendu !

2 commentaires:

LOU a dit…

Je le savais, je le savais... ça va se terminer mal. Ah le nombre de fois où j'ai provoqué ainsi le "destin"... :) :)

NiNa-Lou a dit…

J'ai descendu dans ... ton jardin !... et j'y retrouve avec délices la vivacité, l'espièglerie et le sens pratique de tes billets !!!
Beau WE à toi, amie Pomme ...
A bientôt ...
NiNa-Lou