programme

Il est temps de:
Attacher les tomates et supprimer les gourmands

Y'a du monde au balcon:
Où va se nicher la "mauvaise herbe" - qui n'existe pas, je le rappelle, mais qu'il faut bien empêcher d'envahir les potées... donc, supprimer ce qui gêne...

Y'a un truc:
L'églantine est en fleurs... Pensez à fabriquer du miel rosat pour vos maux de gorge du prochain hiver.

Lustukru:
La reine des prés en thé est efficace contre la fièvre et autres sueurs.

Keskeldiz:
L'oeillet rouge est capricieux.

Jardin d'enfants:
Une lessiveuse à la réforme? Remplissez-la de terre et donnez aux enfants des sachets de graines: voilà un jardin à leur mesure.

Surtout pas!
Mouiller le feuillage des légumes en les arrosant. Ca les rend malades!

Ministère de l'intérieur:
Votre pot de mimosa est en fleurs, mais il risque d'avoir trop chaud; il faut lui faire prendre l'air et le frais , hors des gelées bien entendu!


dimanche 21 juin 2015

Le pavot



Tout comme Madame de Ségur, les mamans celtes calmaient leurs enfants en mélangeant les graines de certaines fleurs à leur bouillie. Bouillie se disait « papa » et la fleur fut nommée pavot. 
Au XII° siècle, Hildegarde de Bingen mentionnait les propriétés narcotiques et anesthésiantes du pavot et l’utilisait non seulement comme plante médicinale mais aussi en légume.
Dans les campagnes,  les « Bonnes Femmes » le prescrivaient sous le nom « d’Herbe des Vierges » à celles qu’une grossesse intempestive mettait dans l’embarras.
La réputation du pavot est ambigüe : on l’utilise dans la pharmacopée moderne pour ses vertus calmantes et soporifiques. Sa culture pour les besoins de la médecine comme de l’alimentation est strictement réglementée. Il contient dans ses parties vertes, comme d’ailleurs son cousin le coquelicot, un latex qui fournit l’opium brut. Une substance qu’on disait autrefois entrer dans la composition des « onguents de sorcières ».
Originaire d’Asie où il est cultivé, le pavot pousse aussi spontanément en Europe, cependant il est rare à l’état sauvage, aussi faut-il rester modéré quand on le ramasse dans la nature.  Haut d’environ un mètre, il fleurit de juin à septembre. Son fruit est une capsule verte qui devient ivoire  à maturité. Sa racine, grosse comme un petit doigt est pivotante.
Une seule capsule suffit pour ensemencer un carré de jardin qui saura bien s’agrandir de lui-même. La variété blanche à graines blanches est utilisée en médecine et pour la fabrication de l’opium ; celle à fleurs pourpres donne « l’opium de la Thébaïde » dont les graines sont noires. Il a besoin pour s’épanouir, d’un endroit dégagé, au soleil, en terrain riche et calcaire. Ses couleurs délicates y seront mieux en valeur que sur un fond de verdure
Ses graines, qui ne contiennent pas les substances soporifiques de ses autres  parties fournissent la délicate huile d’oeillette appréciée des gourmets. L’Alsace et les pays d’Europe de l’est parsèment pain et pâtisseries, à leur sortie du four  de graines de pavots crues .





samedi 20 juin 2015

La Saint-Jean



Pluie de Saint Guy,
C’est tout l’an qui rit.


La Saint-Jean d’été



Si Saint Médard est connu pour ses averses, Saint Jean en revanche, brille par ses feux. Des feux que l’on allume depuis l’aube des temps pour illuminer la plus courte nuit de l’année.
Les saints chrétiens ont pris la place des divinités païennes et l’Eglise a tenté de remplacer les joyeuses flambées par la messe, malheureusement pour elle, Juin est le mois où l’on taille les haies et de tout ce bois coupé, il faut bien faire quelque chose et qu’en faire sinon un feu ? Il ne restait plus à notre Sainte Mère qu’à entériner le fait  et de consacrer ces feux à Saint Jean Baptiste dont elle fixa la fête au 24 Juin.
Donc, soyons bons chrétiens, tentons de marier les vieilles coutumes devenues superstitions, aux nouveaux devoirs censés nous faire gagner le Paradis. La journée sera longue ; principalement si vous avez la gale, qui se guérit en se roulant tout nu dans la rosée avant le lever du soleil.
Puis vous rentrerez vous couvrir et munis d’un couteau, d’un panier vous irez cueillir des simples, les « Herbes de la Saint Jean », qu’on doit ramasser au moment où la rosée s’évapore. Elles sont nombreuses et diffèrent selon les régions, on trouve parmi elles, l'achillée, la sauge, le millepertuis, la bourrache, la mélisse, la grande consoude et bien d’autres.
Quand vous aurez déposé votre récolte dans un endroit chaud, sec et aéré, il sera temps de revêtir votre plus belle tenue pour aller à la messe où vous ferez bénir le pain dont vous garderez précieusement quelques morceaux, car le pain de la Saint Jean jeté dans un brasier arrête les incendies ; ce qui peut être utile en attendant les pompiers. (C’est le 18 !).
Au sortir de la messe, vous suivrez la procession en chantant les litanies des saints tandis que le curé en tête du cortège et entouré des enfants de chœur en surplis, aspergera d’eau bénite tout ce qui passera à portée de son goupillon.
Après cette matinée bien remplie, vous avez droit à un peu de repos avant la fête du soir.
De tout temps, on a chanté et dansé le soir de la Saint Jean, aussi les Temps Modernes ont-ils depuis peu fait subir à la Saint Jean ce qu’elle a fait subirà la célébration du solstice d’été : elle est devenue Fête de la Musique et après tout, pourquoi pas ? L’essentiel est de faire la fête.
Dans un grand pré, tout le village aura porté herbes sèches et branches coupées et bientôt la flambée s’élèvera, joyeuse et pétillante dans la claire nuit de juin.
Autour du feu on danse, les amoureux sautent à travers en se donnant la main ; quand la fête touche à sa fin, une brassée d’herbes humides provoque une fumée à travers laquelle on fait passer bêtes et gens. Médecine simple,  indolore et peu coûteuse qui assure une bonne santé pour le reste de l’année.
Ne rentrez pas vous coucher sans emporter un tison que vous déposerez sous votre lit : il vous préservera de la foudre et des puces.



jeudi 18 juin 2015

Une rescapée...


Un rosier, oublié sous "d'autres herbes", mis à l'ombre par les voisins qui ne taillent pas leurs arbres, retrouvé cet automne, Une bonne coupe et de la nourriture, il vient de me faire cet unique cadeau.
Remontera-t-il, ne remontera-t-il pas??? La suite plus tard...

La Langue du Chat

.... Qui a pu t'apprendre à désoler un chat, à le réduire, - parfois, - au désespoir, en lui mettant le nez dans son ordure? En outre, cela suffit à le rendre sale, et tu l'empoisonnes, littéralement, par la bouche et les voies du nez. Quelle horreur. Et pour la bête, quel supplice. Cesse, et fais-lui donner une mort qui sera plus clémente qu'une vie pendant laquelle tu l'obliges, - puisqu'il ne peut pas comprendre les raisons de ta manière abominable- à redouter le moment où il a besoin de faire ses besoins, et à détraquer sa santé et sa raison.....

COLETTE - Lettres au Petit Corsaire - Flammarion - 1963






mercredi 17 juin 2015

L'alliaire


 « Je ne veux voir qu’une tête ! » 
Une tête d’ail ! celle,  couronnée de menues fleurettes blanches que dresse l’ Alliaire officinale, autrement nommées « Herbe à l’ail » en haut de sa raide tiges haute d’environ 50cm. Curieusement, début avril, apparaissent toutes de hauteurs égales, les colonies de cette plante dont le nom décrit si bien le parfum.  Sur les talus, en lisière de forêt, le long des routes de campagne, droites comme des soldats à la parade, les hampes aux feuilles triangulaires et crantées d’un vert tendre se dressent et disparaissent en juin, sans crier gare, comme elles étaient venues.
L’Alliaire est en principe un bisanuelle qui souvent se comporte en vivace quand le terrain lui plaît. Elle s’installera volontiers dans votre verger, sous le couvert des arbres fruitiers, ou le long d’un ruisseau.
L’Alliaire est antiputride, détersive, anti-scorbutique et expectorante.
Elle a d’ailleurs le bon goût de pousser au moment où Servais, Mamers et Pancrace, accompagnés de la terrible « Lune Rousse », nous font prendre le printemps pour l’hiver.
Quelques feuilles fraîches (la plante séchée perd ses vertus), en infusion calmeront une toux intempestive.
Les graines s’utilisent comme celles de la moutarde et se marient bien avec les viandes. Les fleurs ainsi que les jeunes feuilles décorent et parfument les salades. Elles sont également excellentes sur du pain frais beurré.
Outre ces nombreuses vertus, souvenez-vous que l’alliaire tout comme l’ail, éloigne de votre foyer les vampires…

Vinaigre aillé-
Il vous faut une poignée de feuilles que vous hacherez grossièrement. Mettez-les dans un flacon de verre que vous remplirez d’un bon vinaigre de vin.
Exposez le mélange au soleil, sur le rebord d’une fenêtre par exemple, pendant 2 à 3 semaines. Donnes chaque jour un quart de tour, puis filtrez et versez dans de petits flacons que vous fermerez hermétiquement.
Et souvenez-vous que:
Il n'y a pas de mauvaises herbes; seulement des plantes dont on ignore l'utilité.