lundi 29 septembre 2014

Fin de mois


ARCIMBOLDO -L'Automne.

Derniers jours de septembre... il pleut!
Une pluie bienvenue (ici parce que plus bas, c'est une catastrophe!). En attendant que ça ressuie, soignons le jardin en soignant les outils.
Vérifions les machines à moteur qu'il faudra faire réviser pendant l'hiver et commençons le nettoyage des outils manuels. Grattons, huilons, graissons. 
Regardons aussi si nos étagères sont approvisionnées en  produits de traitement d'hiver.
Et profitons d'une embellie pour admirer les dahlias. Profitons-en pour supprimer les fleurs fanées et pour avoir de belles grosses fleurs à longue et fortes tiges (pensons aux bouquets) éliminons d'un ongle sévère mais juste tous les boutons secondaires afin que prospère le bouton terminal qui les domine.
Et puis, songeons aux bulbes qu'il va falloir planter ou se procurer si ce n'est déjà fait.

dimanche 28 septembre 2014

Quetsches au vinaigre

Si tu n'as pas , gourmande jardinière, mangé toutes ces jolies quetsches au jupon d'or sous la robe violette, gardes-en quelques unes que tu essuieras délicatement avant de les percer de deux ou trois coups d'épingle.
Tu les logeras ensuite dans un bocal, en compagnie de quelques brins d'estragon, de grains de poivre et de trois clous de girofle.
Le bocal plein, tu ajouteras à ras bord du vinaigre d'alcool blanc. Tu fermeras bien et tu attendras sagement qu'un mois se passe avant de cuisiner le pot au feu dont ces quetsches au vinaigre feront un vrai régal.

samedi 27 septembre 2014

Les noix


"A la Sainte-Hélène

La noix est pleine

Et le cerneau

Se met dans l'eau"





Le vent fait tomber les noix; elles sont bonnes à ramasser.

Et à part ça: nettoyer, arroser, récolter: récolter, arroser, nettoyer: arroser, récolter, nettoyer etc... etc... etc...

vendredi 26 septembre 2014

Au boulot, jardinière!



"Septembre est souvent
Comme un second et court printemps."

Profite jardinière de ce printemps que t'accorde le proverbe....Retrousse tes manches, enfile  tes galoches et empoigne le taille-haies. Ces haies qu'il est temps de mettre en forme en épargnant celles qui doivent fleurir au printemps et que tu as eu soin de tailler, je n'en doute pas, après la floraison.
Baisse-toi et désherbes...
Songe au printemps prochain et trace tes futurs massifs que tu délimiteras à la bêche profonds de 60 à 70 cm et larges de 90cm environ...
Il est temps aussi de labourer les planches libres du potager en les enrichissant de fumier. Si sut les autres planches il te reste quelques aubergines, ôtes-leur les feuilles pour qu'elles profitent au maximum des derniers rayons de soleil.
Il est temps aussi de récolter les choux dont tu laisseras en terre la tige. Bientôt elle se garnira de choux miniatures qui, frits, sont excellents....
En voilà assez pour aujourd'hui... et peut-être les jours suivants?
Belle journée jardinière, le soleil se lève...

dimanche 21 septembre 2014

Au verger....

Ils sont comme nous, les fruitiers: le froid et l'humidité les fragilisent. Certes ils sont au repos mais les maladies et les parasites aussi qui prennent des forces pour surgir bien vivaces dès que le printemps revient. C'est donc à l'automne qu'il faut envisager les mesures préventives.
Commençons par ôter tous les fruits pourris ou desséchés qui restent sur les branches; ils sont particulièrement contagieux. Puis retirons les épouvantails et autres filets protecteurs; on n'en a plus besoin. Les feuilles mortes doivent être ramassées et brûlées ; en tout cas éloignées du verger. Un badigeon blanc arboricole à base de chaux protégera les troncs des parasites et des champignons.
On pourra alors élaguer les branches en surnombre et celles qui encombrent le centre.
Méfions-nous du vent et renforçons les tuteurs des jeunes arbres et les attaches des autres.
Pour finir, on griffera le pied des arbres; ainsi les parasites sortis de terre seront éliminés par le froid. Ce griffage aura de plus l'avantage d'éviter les flaques stagnantes au pied des arbres.

jeudi 18 septembre 2014

Un arbre vous fait signe : Le noisetier ou le progrès



Les Celtes le savaient bien: le noisetier est un enchanteur. C'est de ses rameaux que les fées font leurs baguettes et les sourciers les badines qui leur indiquent les eaux cachées sous la terre.
Arbre magique, le noisetier donne des rêves prophétiques à qui s'endort sous son ombrage et le gui qui pousse sur ses branches protège du mauvais sort.
Natifs du 22 au 31 mars et du 24 septembre au 3 octobre, vous êtes placés comme lui sous le double signe de la fécondité et de la volupté. Faites confiance au chiffre 9, car s'il faut neuf mois pour faire naître un enfant, il faut 9 ans au noisetier pour offrir sa première noisette.
La routine, les habitudes vous font fuir. Vous êtes un novateur, un créateur, toujours en avance d'une mode et vos mains savent embellir tout ce qu'elles touchent.


Des noix, des bananes, des figues,
Des figues , des bananes, des noix....

Chantaient les Babus en hommage aux fruits de l'hiver...
Des noix, mais aussi des noisettes; la si jolie noisette au bonnet de lutin. Et quoi de plus normal de ressembler à un lutin quand on est née de l'arbre dont les fées se font des baguettes?
L'arbre aussi nommé coudrier, dont la branche fourchue donne au sourcier, cet autre magicien, le pouvoir de trouver l'eau.
Si votre jardin est assez vaste, adoptez deux noisetiers; l'arbre en principe est hermaphrodite, mais il est comme tout le monde, il se reproduit mieux en duo.
Il vous donnera outre ses fruits et ses baguettes magiques, des rames pour les haricots; on peut aussi tresser ( on dit chez nous plesser) ses rameaux souples pour border les massifs.
Le noisette en hiver, en compagnie de raisins secs et d'autres "fruits en bois", enrichira l'endive en salade que vous aurez soin d'assaisonner d'huile de noisette et d'un trait de vinaigre balsamique.









mercredi 17 septembre 2014

Les Mouches



L'été et sur sa fin et les mouches envisagent de se mettre à l'abri. Si avec leurs sales petites papattes, elles on laissé des traces sur vos beaux meubles vernis, faites une décoction de marc de café. Frottez, essuyez.
A recommencer l'année prochaine... les mouches reviennent toujours.
Pourtant, imaginez... si on n'en voyait plus????



mardi 16 septembre 2014

Le freûmgy...

Le plateau de fromage est devenu une assiette de petits bouts informes dont plus personne ne veut sauf bien entendu les chiennes.
Donc, y'a plus de fromage et il est trop tard pour aller en chercher. Fouillons dans notre mémoire Lorraine et campagnarde. Depuis des siècles que les voisins de l'est culbutent nos frontières en dévorant au passage tout ce qui est comestible en ne laissant que des rogatons on a appris à de débrouiller et à ne rien laisser perdre. On ne donnait pas les petits bouts de fromage aux chiens; on les mettait dans un pot en terre et quand le pot était plein, on écrasait les fromages toutes variétés mélangées avec un peu de crème.
Une fois le mélange réduit en pâte, on ne sale pas mais on n'économise pas le poivre. Une bonne rasade de mirabelle pour parfumer et il ne reste plus qu'à couper de belles tranches de pain frais et à tartiner.
Ceci est la version d'été; en hiver, on fait fondre le fromage à feu doux. C'est très bon aussi.

dimanche 14 septembre 2014

Le chénopode


Son nom vient du grec chên, oie et podion, patte, en raison de la forme de ses feuilles. Autrement dénommé épinard sauvage, le chenopode pousse volontiers en montagne près des bergeries, sur les déjections des moutons; comme l'épinard, il est riche en fer. Très cultivé au Moyen-Age, c'est une vivace d'humeur accommodante, qui accepte de changer d'habitat et se ressème spontanément et abondamment dans tous les jardins . Ses feuilles et hampes florales se consomment crues en salade; cuit le chénopode est plus fin que l'épinard.
En le préparant, ne laissez pas les tiges qui sont fort dures. Ce qui n'a rien de surprenant puisque la plante fut nommée "Bon-Henri" en l'honneur du Vert-Galant qui, abordant l'âge mur (le pauvre n'eût pas le temps de vieillir), disait parlant de son ...anatomie... "Jusqu'à quarante ans, j'ai cru que c'était un os!".
 Ce bon Henri le quatrième, qui voulut que son peuple eût les moyens de "mettre la poule au pot tous les dimanches", savait en fin gourmet qu'il n'est pas de bon bouillon sans légumes. Il créa donc des potagers dans les carrés desquels on n'omit pas le de faire une belle place de mai jusqu'à août au chenopode Bon-Henri.

P.

samedi 13 septembre 2014

L'asparagus

A l'inverse de sa cousine l'asperge, il ne se mange pas et se cultive en pots à la maison. Peu difficile, il se contente d'un ou deux arrosages par semaine, un seul en semaine en ajoutant une fois par mois environ un peu d'engrais liquide de mai à septembre.
Une période où vous pourrez lui offrir des vacances à mi-ombre au jardin. Il vous en remerciera par de jolies baies rouges à la rentrée.
L'asparagus a bon caractère; partez en vacances tranquilles, même s'il a un peu soif en votre absence, il ne vous en voudra pas.
Et si pendant ce temps ses cheveux ont poussé, une bonne coupe au carré lui rendra  un volume harmonieux.