dimanche 14 septembre 2014

Le chénopode


Son nom vient du grec chên, oie et podion, patte, en raison de la forme de ses feuilles. Autrement dénommé épinard sauvage, le chenopode pousse volontiers en montagne près des bergeries, sur les déjections des moutons; comme l'épinard, il est riche en fer. Très cultivé au Moyen-Age, c'est une vivace d'humeur accommodante, qui accepte de changer d'habitat et se ressème spontanément et abondamment dans tous les jardins . Ses feuilles et hampes florales se consomment crues en salade; cuit le chénopode est plus fin que l'épinard.
En le préparant, ne laissez pas les tiges qui sont fort dures. Ce qui n'a rien de surprenant puisque la plante fut nommée "Bon-Henri" en l'honneur du Vert-Galant qui, abordant l'âge mur (le pauvre n'eût pas le temps de vieillir), disait parlant de son ...anatomie... "Jusqu'à quarante ans, j'ai cru que c'était un os!".
 Ce bon Henri le quatrième, qui voulut que son peuple eût les moyens de "mettre la poule au pot tous les dimanches", savait en fin gourmet qu'il n'est pas de bon bouillon sans légumes. Il créa donc des potagers dans les carrés desquels on n'omit pas le de faire une belle place de mai jusqu'à août au chenopode Bon-Henri.

P.

Aucun commentaire: