lundi 16 mars 2015

La Vie des Champs

Si vous voyez une de de vos brebis se tenir à l'écart sous l'ombrage, brouter nonchalamment la pointe des herbes, marcher la dernière, tomber en paissant au milieu de la prairie, et revenir, la nuit, toute seule, au bercail, armez-vous du fer, et coupez aussitôt le mal à sa racine, avant qu'une funeste contagion gagne le bétail imprudent. L'ouragan, qui déchaîne les tempêtes, s'abat moins fréquemment sur la mer que les épidémies sur les troupeaux.
Encore si elles se bornaient à quelques victimes! Mais elles attaquent tout à coup les bergeries entières, et détruisent à la fois agneaux, brebis et béliers.

VIRGILE - Géorgiques

Aucun commentaire: