samedi 22 novembre 2014

Toilette d'hiver

Le temps est doux et les rosiers imperturbables continuent de fleurir! Dis-leur merci, Belle Jardinière.
Comment? Eh bien d'abord, en les soulageant de leurs fleurs fanées. Et puis, sans les tailler, ce que tu devras faire en mars, raccourcis d'une quinzaine de centimètres les rameaux trop longs.
Aère la terre à leur pied et ramène la autour de la greffe.
Et puis, dès que le froid surviendra, ajoute de la tourbe ou des feuilles mortes; le rosier tout comme toi déteste avoir froid aux pieds..
Les rosiers tiges sont plus frileux que les autres; protège-les avec des feuilles de fougères, de la paille ou des copeaux de bois.

mercredi 19 novembre 2014

Pour avoir une bonne aillée, faut que la Toussaint la trouve levée.

Ta couche , Belle Jardinière, est-elle chaude? Nul n'en doute. Mais à qui voudrait partager ta couette, n'oublie pas de préciser que la couche dont tu parles  est faite de fumier, de terreau et de feuilles sèche et qu'aucun galant n'y est invité. Cette couche douillette est réservée aux griffes de ta dernière récolte d'asperges. Ainsi dorlotées, ces griffes t'offriront une mini récolte supplémentaire.
En attendant ces asperges d'hiver, continue de soigner tes fruitiers et change si le besoin s'en fait sentir les bandes fixe-insectes.
N'oublie pas le jardin intérieur qui pourrait être envahi de cochenille. Arrose peu et traite préventivement.

lundi 17 novembre 2014

Jacinthe

... Le troupeau en passant a brisé la jacinthe;
Elle fleurit encore contre le sol couchée...

SAPPHO (VII°-VI° av.JC) traduction Marguerite Yourcenar

dimanche 16 novembre 2014

Keskonfé??

On s'occupe des groseilliers en n'oubliant pas que les fruits se forment sur le bois de l'année passée. Pour les garder bien buissonnants, on élimine les branches du centre et on garde les beaux rameaux du pourtour.
Quand on a fini, on ouvre le colis de jeunes arbustes que le facteur vient de livrer... Ciel! ils n'ont pas aimé le voyage et font la gueule... les voilà tous ridés...
Pas de panique: couchez-les dans une tranchée à leur taille, recouvrez-les de 20 cm de terre et arrosez copieusement.. Laissez-les se reposer quatre ou cinq jours, puis sortez-les de leur lit ; leur écorce sera aussi lisse que vos joues . Il est temps de les planter....

dimanche 9 novembre 2014

En Novembre s'il a tonné, l'hiver est avalé.

Un parc arboré qui se respecte, réclame à son sylviculteur  un salisburia...
Qu'est-ce donc, demande interloqué l'ami des arbres? Un Gingko Biloba répondent les arbres...
L'ami des arbres possède-t-il quarante écus, ou l'équivalent  en euros? C'est la somme que paya un riche amateur au rusé jardinier qui en rapporta de Chine quelques plants dissimulés dans son chapeau. Depuis, tout arboretum un peu distingué montre à ses admirateurs un exemplaire au moins de l'exotique espèce. 
Il est simple de nos jours, de trouver un Gingko dans toute bonne pépinière mais il y a quelques siècles, ce n'était pas le cas.
Ainsi le botaniste Trochereau, ami de Jean-Jacque Rousseau et qui herborisait avec lui, avait à Feuillancourt une propriété à laquelle pensait-il, il manquait un Gingko. Il avait aussi pour voisin le duc de Noailles qui lui en possédait un.
Il manquait à Trochereau un Gingko; il manquait au duc la société de Rousseau à qui rien ne manquait sauf le calme et la solitude qui convenaient à sa misanthropie. Le duc de Noailles promit au botaniste un rejet de son arbre s'il parvenait à lui faire rencontrer le sauvage philosophe.
Chacun sait que pour un plan, un semis, une bouture, tout jardinier est prêt à réorganiser le monde. Trochereau organisa le hasard et entraîna Rousseau dans le parc de Noailles un jour où le duc n'était pas censé s'y trouver... Il y était! 
La rencontre eut lieu mais jamais Rousseau ne remit les pieds chez son collaborateur qui se consola en regardant pousser  l'Arbre au Quarante Ecus, prix de sa trahison.

mercredi 5 novembre 2014

Le froid sévit les trois quarts de l'année, si le vent souffle à la Toussaint sonnée.

 
Glaneuse, écoute la complainte de la gracieuse et légère églantine. Cesse de nommer gratte-cul son rubicond enfant… il est utile à bien d’autres choses qu’à faire des blagues de potache.
Rouge vermillon, le cynorrodhon ainsi nommé en raison de de sa supposée efficacité contre la rage, illumine en ce moment les ronciers. L'excellent poil à gratter qu'on en tire, lui a valu ce nom plus simple de gratte-cul. Depuis le XVII° siècle, on sait aussi (si l'on est patient), en faire des confitures.
C'est à l'automne, donc en ce moment que se récolte le fruit de l'églantier, très riche en vitamine C.
Choisi glaneuse, des baies très mûres; ôte les graines et le duvet; va faire un tour pour te calmer les nerfs, puis coupe-les en petits morceaux que tu arroseras d'un bon vin rouge. Couvre et laisse macérer 24 heures dans un endroit frais.
Le lendemain, tu reprendras le mélange et tu le pileras au mortier; puis il te faudra passer la pulpe au tamis pour éliminer les écorces. Ensuite tu compteras livre pour livre de sucre avec lequel tu prépareras un sirop dans lequel tu feras cuire la pulpe à tout petit feu pour ne pas "tuer" la vitamine C.
Remplis alors de jolis pots que tu fermeras immédiatement pour éviter de futures moisissures.
Tu auras là, à étaler sur des crêpes ou des tartines, un excellent remède contre toutes sortes de variétés de grippes.


mardi 4 novembre 2014

Si l'hiver va son chemin, il commence à la Saint-Martin.

Tu aimes les pommes Belle Jardinière, et aussi les autres fruits. Ceux que tu trouves dans le commerce et aussi sur les marchés, ne te satisfont guère et tu as bien raison!
Si tu en as la place, plante un verger; c'est le moment. 
Tu vas d'abord drainer le terrain, et lui apporter une fumure de fond; tu choisiras soigneusement tes arbres de façon à échelonner les récoltes. Privilégie les variétés anciennes, et tente dans la mesure du possible de conserver les variétés en voie d'oubli.
N'oublie pas que ces petits vont devenir grands et respecte la distance utile entre chaque arbre.
Pour un noyer, il te faudra 12m; c'est un solitaire.
 Les pommiers et poiriers de plein vent demandent un espace de 8 à 12 m; raison pour laquelle il vaut mieux préférer les palmettes qui n'ont besoin que de 1, 50m sur le rang. Songe aussi que la récolte sera facilitée.
Les pruniers, cerisiers, abricotiers, amandiers, pêchers se contentent d'un écart du 7m environ; les groseilliers et framboisiers se plaisent à 1m les uns des autres

lundi 3 novembre 2014

L'âme des poètes

Image Arcimboldo

... La pomme, sur la branche haute,
Pend toujours... Mais à qui la faute?
Sur l'arbre, durant la cueillée,
Cueilleurs, l'avez-vous oubliée?
Fruit rose sous la verte feuille,
Elle est trop haut pour qu'on la cueille...

SAPPHO (VII¨-VI° av.JC) traduction Marguerite Yourcenar.










dimanche 2 novembre 2014

A la Saint-Hubert, les oies sauvages fuient l'hiver..

Voici venir le temps des rhumes et des excellentes potions qui en viennent à bout... pas trop vite car le mal et bénin et le remède agréable.
Pêcheurs et chasseurs, peuplades qui ne rechignent pas à s'exposer aux intempéries et à leurs inconvénients se soignaient ainsi.
Ils préparaient (et tu vas, Belle Jardinière en faire autant) un sirop composé de 1kg de sucre pour un demi litre de lait. Ils ajoutaient - car ils n'étaient plus des bébés- à ce sirop bouillant 2l. de bonne eau de vie de fruit, deux citrons en fines rondelles, puis ils broyaient au mortier 50 amandes amères, 10 clous de girofle, 5gr de safran et autant de vanille.
Ensuite, ils bouchaient hermétiquement et laissaient passer six semaines sans omettre d'agiter de temps en temps le bocal.
Il était temps alors, de filtrer, de mettre en bocal et d'aller se mouiller les pieds afin d'avoir une bonne raison de se soigner..

Le jour des morts ne remue pas la terre su tu ne veux sortir les ossements de tes pères....

Avis judicieux...
Aussi attends donc demain, Belle Jardinière, pour utiliser ce sachet de pois de senteur généreusement ajouté au colis de bulbes que tu as reçu ces dernières semaines.
Tu les sèmeras en pleine terre, non loin d'un support qu'ils pourront escalader; garnis le lit douillet que tu leur réserve d'un bon fumier de vache... tu les verras lever dès le printemps.

samedi 1 novembre 2014

A la Toussaint si la belette est blanche emplis deux fois la remise de branches...





En attendant ces grands froids remettons à la place auquel il a droit ce topinambour mal aimé de nos parents. Il faut les comprendre: il évoquait des temps pénibles; mais nous autres qui le découvrons cuisinons-le en fricassée.
Il faut d'abord les éplucher, puis les cuire dans un bouillon en ajoutant un bouquet garni.

Quand il est cuit mais ferme, on l'égoutte et on le coupe en tranches, puis un le fait sauter à l'huile chaude mas pas colorée.
Quand le topinambour est bien doré, on le met dans un plat, on le saupoudre de chapelure et de persil haché et on le passe rapidement au four.