mercredi 10 décembre 2014

Pas de soupe sans céleri!

Qu'il soit rave ou qu'il soit côte, on n'imagine pas un pot au feu, une potée ou une poule au pot sans lui. 
Regardez, admirez, le magistral feuillage du céleri branche! Tel le panache d'un fier chevalier , il domine les plates-bandes.. Un panache qu'il met longtemps à faire pousser aussi faut-il le planter à la fin de l'été. Le céleri est gélif aussi ne faut-il pas tarder!
On cueille les premières feuilles parues, celles du pourtour, puis les nouvelles au fur et à mesure.
Quand le pied cesse de produire, on coupe ce qui reste et on place le trognon en cave, entouré d'une bande de carton. On attend quelques semaines; les côtes perdent ainsi toute amertume et comme elles sont bien tendres, on peut les cuisiner en gratin comme les poirées.
Certes le céleri est gélif, mais si vous ne le récoltez pas à temps, il peut résister au froid, ce qui ne sert à rien puisque dans ce cas, il fleurit et meurt dès les premières chaleurs du printemps.

1 commentaire:

LOU a dit…

Et dire que certains n'aiment pas le céleri. Je l'adore sous toutes ses formes. Il y a également, le céleri perpétuel.