samedi 12 janvier 2013

Le millepertuis

Un jour, le diable se mit une fois de plus en colère; cette fois contre certaine plante à fleurs d'or qui chassait les mauvais esprits. Pour la punir et la décourager, il perça ses feuilles de mille petits trous et on la nomme depuis, millepertuis.
Il pousse dans les friches, les terrains vagues, au bord des routes. Il est notoirement anti-inflammatoire, cicatrisant et anti-microbien, mais attention! ne vous exposez jamais au soleil après avoir touché les glandes brunes de ses fleurs; elles contiennent une huile essentielle capable de provoquer des brûlures .
Si vous sentez chafouin, maussade, déprimé, un petit verre de ratafia de millepertuis peut vous rendre le sourire.
Il vous faut 15gr de fleurs sèches, un citron coupé en morceaux et un litre d'eau de vie de fruits. Vous mettez le tout dans un bocal et vous laissez infuser pendant 15 jours "au soleil". Au bout de ce temps, le liquide a pris une belle teinte ambrée: vous le passez en exprimant bien le jus de citron, vous sucrez selon votre goût.
Ce ratafia, pris en apéritif comme en digestif, chassera le mauvais esprit qui vous chagrine et tant pis si le diable n'est pas satisfait!

8 commentaires:

Veronica B a dit…

et dire que les mille pères Tuis moi je joue avec ! pfffou !

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Intéressant ce remède contre la morosité!
On en aurait bien besoin en Lorraine en ce moment!
Merci pour le partage, Alma!

***
Bises et douce nuit****

ndoshta a dit…

Là, C'est tout faux :-(

almanachronique a dit…

Ah oui? faux???
Et pourquoi?

almanachronique a dit…

Ah oui? faux???
Et pourquoi?

ndoshta a dit…

Re-passage, par hasard. Je commence par où ? La légende à propos du diable n'existe pas (ou alors elle a été inventée récemment), mais on nomme la plante "chasse-diable", du fait de ses nombreuses vertus (à développer quand vous vous voulez). Les trous ne sont pas des trous mais des vésicules un peu transparentes pleins d'hypéricine.
La recette de ratafia proposée est un excellent plan, consommé régulièrement, pour aller droit vers les crises d'épilepsie. Il n'y a aucun risque de brûlure par photosensibilisation après contact : il y a effectivement un principe actif qui pourrait avoir ce rôle dans la plante, mais il faudrait pour ce faire en avaler plusieurs centaines de grammes. Et enfin, ne jamais cueillir en bord de routes ou sur terrains vagues. Bon w-e. ndoshta@hotmail.com

almanachronique a dit…

Cher commentateur (ou trice), qui prenez bien soin de vous mettre hors de contradiction, que savez-vous des légendes?
Par ailleurs, ce blog fait partie d'un ensemble de trois consacré aux légendes, aux contes, superstitions et traditions diverses. Le propos n'est pas de savoir si l'on y croit ou non mais de les relater.
Il n'a aucune vocation scientifique et j'emploie des termes que chacun peut comprendre et les "vésicules pleines d'hypéricines" ne sont pas à la portée de tous les savoirs.
Quant au ratafia, je l'ai expérrmenté, consommé et je ne suis pas épileptique. Ces liqueurs de ménage ne se consomment qu'à petites doses, comme un sirop contre la toux.
Par ailleurs, tout au long de mes billets,je passe mon temps à dissuader les amateurs de cueillettes sauvages en raison des produits chimiques répandus par les agriculteurs et aussi d'une maladie dangereuse transmise par les renards.
Ce billet date de 2013.
Encore une fois, je ralate et ne prescris ni ne recommande rien...
Et.... ignorez-vous qu'en d'autres temps ou attribuait les maladies à l'action du diable?

almanachronique a dit…

Ah! et aussi,pertuis en ancien français signifiait porte et une porte a fort à voir avec un trou...