samedi 22 décembre 2012

Le panier de la glaneuse


La Châtaigne


Quand l’hiver vient doucement,
Il est là à la Saint6Clément.
Double raison de se munir de gants épais : il commence à ne plus faire très chaud ; l’onglée te guette, glaneuse. Et puis cette fois, tu pars à l’orée des bois ramasser des châtaignes. Que tu ne confonds plus comme font certains avec les marrons d’Inde. La Châtaigne est plus petite, moins ronde et il n’est pas rare d’en trouver plusieurs dans une bogue. Les piquants moins drus s’incrustent néanmoins dans les doigts et c’est pourquoi, je le répète, il faut des gants.
Quand tu auras rempli ton panier, ces piquants, jette-les dans le feu de bois odorant sur lequel tu feras rôtir ta récolte. La peau se fendra toute seule et tes doigts piqués certes et noircis un peu n’auront plus qu’à conduire à ta bouche, la tendre châtaigne.
Mais ne va pas, goinfre que tu es, les dévorer au fur et à mesure! Gardes -en pour ce petit régal :
(Heuh... magicienne qui gouvernez les cuisines, pensez à garder dans vos réserves une boîte de marrons au naturel; on ne peut faire confiance à personne!)
Donc glaneuse, tes châtaignes sont cuites et ont perdu leur écorce. Dans une sauteuse, fait fondre 125gr de sucre avec un demi-verre d'eau ; tu y jetteras les marrons. Quand ils auront bien absorbé le sirop, retire-les et saupoudre de sucre glace. Arrose d'un jus de citron et sert chaud.
Vers cinq heures, au retour de la glane quand il commence à faire humide et sombre, tu pourras les accompagner d'un chocolat bien chaud.
Calorique, me dit-tu? Hé, mais ... il fait froid! Et de plus, il est bien connu que ce qui fait plaisir ne fait pas grossir!




2 commentaires:

LOU a dit…

Un marron ou chataigne dans la poche éloignerait les rhumatismes, selon la croyance populaire.

almanachronique a dit…

Oui... mais en fait... j'ai testé; c'est pas du tout efficace