mercredi 26 décembre 2012

Au gui l'an neuf



Le panier est toujours difficile à remplir en hiver. Profitez-en pour débarrasser vos pommiers du gui que vous n’avez pas cueilli au moment de Noël.
 Il garde les mêmes fonctions de porte-bonheur, gage de paix, d’amour et d’amitié .Un baiser sous le gui est toujours promesse d’amour et de mariage et c’est encore sous le gui que les rivaux suspendent les hostilités pour la soirée. N’hésitez donc pas lors des réunions d’en accrocher au-dessus des portes pour la bienvenue, et de la table pour la convivialité des discussions.
Le gui immunise contre le poison et fait fuir les sorcières ; vous voilà tranquille !
Et ce n’est pas tout : cueilli en ce moment, ses feuilles et ses jeunes tiges sont utiles  en cas de vertiges et de bourdonnements d’oreilles. Il est décongestif,  anti-spasmodique et il élimine l’urée.
Pour une infusion, vous aurez besoin d’une ou deux pincées de feuilles coupées par tasse, que vous ferez bouillir et laisserez infuser pendant 10mn.
Comptez deux tasses par jour à prendre entre les repas.
Ne tassez pas trop votre récolte ; elle noircirait et perdrait une partie de son énergie. 
PP


2 commentaires:

LOU a dit…

Je vais attendre un grand bonhomme pour cueillir le bouquet de gui... Mon pommier est trop jeune pour en avoir, il me faudra aller dans notre campagne pour en trouver...

almanachronique a dit…

Viens faire un tour par ici.. à défaut de grand bonhomme, on a une échelle...
Et ne souhaite pas trop de gui à ton jeune pommier... ce n'est pas très bon pour sa pomme et après on ne peut plus s'en débarrasser...
Et tiens!!! comme par hasard... le Grand Bonhomme d'ici rentre avec une grosse boule de gui et il faut trouver un endroit pour l'accrocher sans se prendre la tête dedans (les poutres son basses)... allez.. stop l'écriture et place aux joies ménagères...