dimanche 27 novembre 2011

samedi 26 novembre 2011

vendredi 25 novembre 2011

Y'a un truc

Avec le temps des économies d'énergie, celui des lampes à pétrole va revenir; vérifiez donc si les vôtres sont en bon état: combustible, mèches et verre.
Verres pas toujours faciles à trouver et qu'il faut ménager. "NOS LOISIRS", cet indispensable magazine conseillait ceci en juillet 1906:

Si l'on veut conserver longtemps les verres de lampe, il faut avant tout les tenir toujours très propres et surtout pas humides; mais ce dont il faut avant tout se défier, c'est de l'endroit où l'on place le verre quand il est froid et lorsqu'on le nettoie.
Ainsi, au lieu de poser votre verre de lampe n'importe où, au plus près de l'endroit où vous vous trouvez (feignasse!), ayez soin de rechercher un support en bois; ne le mettez jamais sur une tablette de marbre, de fonte ou de fer, ni sur le rebord d'un fourneau de faïence.
En un mot, évitez de le mettre en contact, même quand il est absolument froid, avec un corps froid, et vous conserverez vos verres, quels qu'ils soient, très longtemps.
Quand à l'explication de ce phénomène, elle est simple: le verre est une matière dont l'état moléculaire se modifie très facilement; or, en contact avec un corps froid, le verre prend un état moléculaire qui lui convient en ce cas; mais, si peu de temps après- une journée, par exemple- on le soumet à la chaleur de la flamme d'une lampe, cet état moléculaire varie de nouveau, et comme la variation est alors très brusque, le verre casse infailliblement."(Bon sang, mais c'est bien sûr!)

samedi 19 novembre 2011

Jardins de plumes

Le jardin s’accrochait partiellement à la falaise et des essences variées croissaient sur ses parties abruptes, accessibles à la rigueur, mais laissées le plus souvent à l’état de nature. Il y avait des calaïos, dont le feuillage bleu-violet par-dessous, est vert tendre et nervuré de blanc à l’extérieur ; des ormades sauvages, aux tiges filiformes, bossuées de nodosités monstrueuses, qui s’épanouissaient en fleurs sèches comme des meringues de sang, des touffes de rêvioles lustrée gris perle, de longues grappes de garillias crémeux accrochés aux basses branches des araucarias, des sirtes, des mayanges bleues, diverses espèces de bécabunga, dont l’épais tapis vert abritait de petites grenouilles vives, des haies de cormarin, de cannaïs, de sensiaires, mille fleurs pétulantes ou modestes dans des angles de roc, épandues en rideaux le long des murs du jardin, rampant au sol comma autant d’algues, jaillissant de partout, ou se glissant discrètes autour des barres métalliques de la grille. Plus haut, le jardin horizontal était divisé en pelouses nourries et fraîches, coupées de sentiers gravelés. Des arbres multiples crevaient le sol de leurs troncs rugueux.
Boris VIAN – L’arrache-coeur

mercredi 16 novembre 2011

Anti-migraine...

On a tant d'occasions d'avoir la migraine, sans compter le computer qui rame et blogger qui déconne...
Abandonnez tout ça et courez à vos (jolis) flacons que vous allez remplir de cette composition:

250gr d'alcool camphré,
60gr d'ammoniaque,
10gr d'esprit d'anis,
+ 10gr d'esprit de serpolet...

Bouchez bien le (joli) flacon et , quand survient l'abominable migraine, posez quelqu es gouttes sur une compresse que vous appliquerez sur le front, les tempes et derrière les oreilles. 

On peut aussi tout simplement en aspirer l'odeur.


dimanche 13 novembre 2011

Cordial fleuri

N'offrez jamais d'oeillets, surtout aux gens du spectacle; une superstition fâcheuse s'y attache.
Mais si vous en avez reçu, prolongez le cadeau qu'on vous a fait en le transformant en cordial.
Ils vous faut un litre d'eau de vie, dans lequel vous jetterez 250gr de pétales (sans le coeur). Ajoutez trois clous de girofle et un bâton de cannelle et fermez hermétiquement.
Laissez macérer 10 à 12 jours en agitant de temps à autre.
Ecrasez, passez et filtrez , puis ajoutez un sirop composé de 250gr de sucre pour un demi verre d'eau.
Allez chiner une bouteille ancienne et attendez un mois avant de goûter.



vendredi 11 novembre 2011

Ecoute bûcheron

arrête un peu ton bras!" implorait Ronsard.
Et Déméter la bienfaisante fut impitoyable envers Erysichthon qui abattit les arbres de son bosquet sacré.
Déforesteurs en tous genres, réfléchissez bien avant d'empoigner la tronçonneuse et souvenez-vous de cet arrêt de la cour du Parlement au XVIIi° siècle:
"Nous, condamnons Charles Moulin à être attaché au carcan par l'exécuteur de la haute justice à un poteau qui, pour cet effet, sera planté sur la place publique de la ville de Coucy et y demeurera un jour de marché pendant deux heures ayant un écrit devant et derrière portant ces mots: coupeur d'arbres, et audit lieu flétri des trois lettres GAL; ce fait être mené et conduit au galères du roi comme forçat pendant trois ans."

PP



mercredi 9 novembre 2011

Boire un petit coup

Grand vent dans les Avents
Au coq donne des dents.


D'abord, il faudrait qu'il gèle... Mais ça va venir, forcément!
Ce sera alors le moment de ramasser des prunelles., que vous secouerez dans un panier pour ôter le noyaux.
Ensuite, vous jetez les prunelles.. si..si... c'est des noyaux dont on a besoin.
Vous les lavez, vous les essuyez et vous les concassez grossièrement (avec un marteau, pas avec des gros mots).
Mettez-les dans une cruche et recouvrez d'eau de vie. Laissez mariner pendant un mois.
Filtrez, pesez le liquide et avec son demi-poids de sucre, faites un sirop bien concentré que vous ajouterez au jus de noyaux.
Mettez en bouteilles, bouchez et gardez en cave.
Hé! buvez-en aussi...
PP

mercredi 2 novembre 2011

Le céleri

C'est le mois du céleri dont les Martes et Fausseroles faisaient grand cas pour préparer leurs boissons aphrodisiaques, dont elles consommaient un hanap avant d'aller au lit:

 "Si femme savait ce que le céleri fait à l'homme,
Elle irait en chercher de Paris jusqu'à Rome"

Pierre DUBOIS - Elficologue