mercredi 18 février 2015

La légende de la Beauce

La Beauce avait jadis des monts en abondance,
Comme le reste de la France :
De quoi la ville d’Orléans,
Pleine de gens heureux, délicats, fainéants
Qui voulaient marcher à leur aise,
Se plaignit, et fit la mauvaise ;
Et messieurs les Orléanais
Dirent au Sort, tous d’une voix,
Une fois, deux fois et trois fois,
Qu’il eût à leur ôter la peine
De monter, de descendre, et remonter encor.
Quoi ! toujours mont, et jamais plaine !
Faites-nous avoir triple haleine,
Jambes de fer, naturel fort,
Ou nous donnez une campagne
Qui n’ait plus ni mont ni montagne.
Oh !Oh ! leur repartit le Sort,
Vous faites les mutins, et dans toutes les Gaules
Je ne vois que vous seuls qui des monts vous plaigniez !
Puisqu’ils vous nuisent à vos pieds,
Vous les aurez sur vos épaules.
Lors la Beauce de s’aplanir,
De s’égaler, de devenir
Un terroir uni comme glace ;
Et monts de déloger des champs.
Tout ne put tenir sur les gens :
Si bien que la troupe céleste
Ne sachant que faire du reste,
S’en alla les placer dans le terroir voisin,
Lorsque Jupiter dit : « Epargnons la Touraine
Et le Blésois ; car ce domaine
Doit être un jour à mon cousin ;
Mettons-les dans le Limousin. »

Jean de LA FONTAINE

Aucun commentaire: