dimanche 31 août 2014

Une expo remarquable








Pour ceux qui aiment la botanique, au Musée Buffon à Montbard. Plus un très beau livre dont je vous parlerai plus tard....

samedi 23 août 2014

L'abricotine

Le temps des abricots touche à sa fin. Nul ne doute, prévoyante jardinière que tu en as mis en confitures, que tu as gardé quelques noyaux que tu vas tenter de faire germer, mais s'il te reste encore 500gr de beaux fruits, épluches-les, et fais les cuire en les écrasant dans un demi-litre d'eau.
Tamises le tout et verse la pulpe dans un demi-litre d'alcool à 90°. Attends quelques jours et filtre dans un linge.
Il est temps maintenant de mélanger ta purée d'abricots à un demi-litre de vin blanc cuit et 250gr de sucre.
Mets en bocal ou dans une bouteille à large goulot. Laisse reposer. La purée d'abricots va se déposer au fond. 
Il ne te reste plus qu'à sortir tes gracieux verres à liqueur et à déguster l'hiver au coin du feu et souvenir du soleil et des abricots bien mûrs...
PS- Le grimoire ne le dit pas , mais quand la bouteille sera vide, trempe ton doigt dans le dépôt du fond... c'est un conseil d'amie...

vendredi 22 août 2014


En juin et août,
Ni huîtres ni choux.


Le soleil, c’est mauvais pour la peau, mais c’est bon pour le moral !
Alors, comment de faire dorer sans se retrouver plus craquelée que terre de jardin au Sahel ?
C’est simple. D’abord, suivre les conseils d’usage : progressivement, pas trop longtemps, jamais au milieu de la journée et s’enduire abondamment de crème solaire à indice fort.
Et de plus, commencer dès maintenant (mieux encore, tout au long de l’année) à offrir à votre peau de bonnes doses de béta-carotène.
Où en trouver ? C’est facile, les fruits et légumes qui en contiennent le plus, annoncent la couleur : ils sont rouges ou orangés. Remplissez vos paniers et vos assiettes de carottes, de tomates, de mangues, d’oranges, de pastèques, de melons, de fraises et de tous les fruits rouges en général.
Mais ne craignez pas que le vert produise l’effet inverse ; les épinards, le persil, les brocolis, le cresson, la laitue sont aussi bourrés de béta-carotène.
Ajoutez à cela de la vitamine E,  que vous trouverez dans le germe de blé, les amandes, le chou rouge et le raisin.
Et aussi, buvez beaucoup…. d’eau !

mercredi 20 août 2014

Un truc pour le compost...

Car tu as un compost, Belle Jardinière, nul n'en doute. Jettes-y tes épluchures mais jamais les indésirables dont tu délestes tes massifs; elles n'y feraient que prospérer. Il faut au préalable les brûler; ensuite, la cendre est excellente pour le compost. 
Mais sais-tu que des feuilles de papier journal roulées en boule sont pour nos amis les vers de terre des nids douillets dans lesquels passer l'hiver au chaud?

dimanche 17 août 2014

La Tanaisie...

Assez rare dans l'Ouest, le Sud-Ouest et le midi, ailleurs elle ensoleille facilement les talus, les chemins, les décombres et jusqu'aux voies de chemin de fer. Glaneuse, il est temps de ramasser la Tanaisie. Et toi, Belle Jardinière qui a eu l'imprudence d'en accueillir dans tes massifs, prends-là en début de floraison et n'attends surtout pas qu'elle monte à graine car cette belle blonde a tendance à se propager un peu trop généreusement, d'autant plus qu'elle se sait utile.
Elle est tonique, fébrifuge, vermifuge, mais aussi excitante et ses propriétés voisines de celle de l'absinthe capables d'effets indésirables contraignent la chroniqueuse prudente à n'indiquer que ses usages externes. Sauf peut-être celui des graines qui accompagnent agréablement les viandes, le gibier et parfument les gâteaux. En Europe centrale, Scandinavie et Angleterre elle remplaçait le houblon dans la fabrication de la bière.
Cette belle et vigoureuse vivace que les moines jugeaient indispensable dans leurs jardins semble avoir été ignorée des Anciens. C'est Hildegarde von Bingen qui, pour la première fois en 1150 la recommande contre la toux, les troubles digestifs et les règles douloureuses.
Sans nous prendre pour les guérisseurs que nous ne sommes pas, contentons-nous des autres vertus de la Tanaisie et elles sont nombreuses. La senteur camphrée des ses capitules groupés en petits bouquets qui gardent longtemps leur parfum et leur ton doré, et accrochés dans la maison, éloigneront durablement les mouches trop familières.
Les feuilles émincées et mises à sécher dans un endroit sec, un peu sombre et pas trop froid, seront utiles en cataplasmes contre les rhumatismes, les foulures, les entorses. Hercule de Saxe recommandait la Tanaisie en cas de gerçures. On dit  aussi que des feuilles de tanaisie placées dans les chaussures guérissent de la fièvre. Au potager, un purin de tanaisie (feuilles mises à macérer dans se l'eau) en pulvérisation fera fuir la mouche de l'oignon.
Des sachets de Tanaisie dans les armoires éloignent les mites, et autres insectes. Un chien dont le panier sera garni de Tanaisie , sera préservé des puces et comme la nature est bien faite, il se trouve qu'on manipule la tanaisie au moment où sévissent les abominables trombidions (j'ai nommé les aôutats) ce qui les décourage un peu... trop peu...
La belle blonde au jardin, peut monter jusqu'à deux mètres si on la laisse faire. Pour qu'elle forme un joli buisson, il faut la tailler régulièrement. De culture facile, on la multiplie par éclats; on peut ainsi la placer où on la souhaite et non pas n'importe où comme quand on la laisse grainer.

mardi 12 août 2014

-Compagnons de la Marjolaine…



Il est temps glaneuse de récolter  dans ton jardin, sur les chemins, sur les talus, cette jolie labiée qui se plaît un peu partout sauf en bord de mer et donc en Bretagne. Venue d’Inde en passant par l’Egypte, elle aime le soleil de  Provence mais boude aussi  et c’est curieux, la Lorraine par où passait en sabots  dondaine, la Belle à qui le Fils du Roi en offrit un bouquet.
Elle fait d’ailleurs de bien jolis bouquets la marjolaine pour peu qu’on y pique quelques boutons de roses.
Elle n'est pas que charmante, elle est utiles aussi: ses sommités servent à des bains fortifiants, des gargarismes ou des compresses chaudes contre le torticolis. On peut aussi calmer une rage de dents en en mâchant quelques feuilles.
Soignes-toi agréablement glaneusen avec l’eau d’arquebusade, une potion magique douce, digestive, et béchyque qui rappelle un peu le banyuls. Poue cela tu auras besoin de 50 gr de fleurs que tu laisseras macérer 10 jours dans 1litre de bon vin.
La Marjolaine a bien d’autres atouts : les Anciens dans leur sagesse l’avaient dédiée à Aphrodite et pour séduire les belles  n’hésitaient pas à utiliser un charme dont ils disaient grand bien : il faut au bouquet de Marjolaine que tu auras cueillie la veille de la Saint Jean avant le lever du soleil , ajouter de la Verveine, des feuilles de Myrte, trois feuilles de noyer et trois souches de fenouil. Après les avoir réduits en poudre, tu les tamiseras dans de la soie fine. Cette poudre  tu la souffleras en direction de la personne désirée. Après qu'elle l'ait  respirée, le charme ne manquera pas d’opérer. Il est infaillible et s’il est sans résultat glaneuse, ne t’en prends qu’à toi-même qui n’auras pas respecté scrupuleusement les instructions.
Le Grand Albert faisait par ce moyen danser les filles en chemise avant qu’elles ne tombent mûres à point dans les bras de leur galant.
A vous belles qui voulez garder votre amant, je ne saurais trop  recommander cette huile de massage :
Il vous faut 100gr de marjolaine fraîche que vous ferez doucement chauffer au bain-marie dans ½ l d’huile d’olive, pendant 30mn. Ensuite filtrez, ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle de lavande.
Qui pourrait résister à la douceur et au parfum d’une peau massée avec cet onguent ?
Et quand arrive le jour des noces, épousées,  couronnez-vous de marjolaine pour que la joie et le bonheur vous accompagnent.
Pour celles qui n’ont pas encore trouvé leur prince qu’elles portent sous leur chemise,  le jour de la Saint-Luc un mélange de marjolaine de thym et d’absinthe. La nuit suivante leur apportera en rêve l’image de leur futur époux.
Et pour finir, ne laissez jamais la marjolaine pousser sur une tombe : l’âme du défunt ne trouverait pas le repos !
Ah… j’oubliais, il arrive à la Marjolaine de se dissimuler dans les pizzas sous le nom d’origan.