mardi 29 juillet 2014

Encore les bonsaï....

Après consultation de mes grimoires peu nombreux je dois l’avouer, il appert que dès lors qu’on met un arbre en pot et qu’on l’empêche de grandir on en fait un bonsaï.
Ensuite, il y a des techniques sophistiquées pour lui donner une forme en accord avec les goûts esthétiques de son soigneur.
Et là, je me souviens de nos grands-pères jardiniers qui savaient donner aux arbres de leurs vergers des formes étonnantes. Ainsi voyait-on des arbres aux branches taillées et tressées en forme de fauteuils par exemple. On a vu alors des salons de jardin enracinés et qui donnaient des fruits excellents.
On pourrait aussi parler de l’art topiaire qui sait peupler nos pelouses d’animaux étranges et poétiques.
Dans notre région, on tresse les arbustes des haies pour en faire des clôtures ça s’appelle « plesser » et les lieux entourés de ces clôtures sont des « plesses ».  De cette coutume, il ne  reste ici que le nom du hameau : La Plesse. Car la clôture ne l’oublions pas, est l’ennemie juré de l’engin agricole et de son conducteur.
Comme Monsieur Jourdain de la prose, je faisais du bonsaî sans le savoir, puisque j’ai en pot outre un oranger et un citronnier, un mûrier, un albizia, sans compter un crassula et une bougainvillée dont je viens d’aprendre qu’on peut en faire des bonsaï.  Plus des nourrissons , chêne, aubépine et sureau. Je n’étais pas tentée jusque- là par la ligature artistique, préférant laisser à l’arbre son port naturel.

Mais bien que je n’aie pas souvenir d’un grand-père jardinier,  en hommage à mon « Nonnon  Louis » qui aiguisait la lame de sa faux  à califourchon sur un pommier qu’il avait façonné en forme de banc, je vais tenter dès que ce sera possible, de former joliment  mes élèves.

2 commentaires:

Marie a dit…

Tu me rassures, toutes mes plantes que je ne réussis pas à faire pousser, je dirai que ce sont des bonsaï alors !!!!!

LOU a dit…

Les plus beaux, les plus naturels, les plus surprenants furent ceux que je découvris lors d'une randonnée en montagne pyrénéenne. Qui du japonais ou de la nature les avait inspirés ?
C'était comme un jardin japonais transposé en haute montagne.
Dès demain je vais vérifier s'il y en a dans le jardin de la reine Sophie... ;) J'ai des valises sous les yeux quant à la vraie, pas encore terminée... :(((