samedi 9 janvier 2016

La haie

Ennemies mortelles de la machine agricole dont elles entravent la libre circulation, le remembrement les a décimées au grand dam des petits oiseaux qui ont perdu leur abri, à la tristesse des nappes phréatiques dont l'eau s'évapore au lieu de les abreuver, on ne flétrira jamais assez la sottise qui préside à l'arrachage des haies. 
Pourtant le mal est fait. Qu'y pouvons-nous? Replanter! Si menue que soit la parcelle de terre dont tu disposes Belle Jardinière, si exigu que soit ton domaine, Bon Jardinier, bordez-les d'une haie panachée et fleurie. Ce n'est pas bien difficile et peut même ne rien coûter sauf quelques courbatures car pour commencer, il faut bien faire des trous. Cet hiver plus mouillé que froid, laisse le sol meuble: prend ta bêche Jardinier et creuse le lit des arbustes où viendront se loger les prédateurs des prédateurs de tes légumes. 
Choisis le noisetier qui fera la joie des écureuils insouciants et attirera des phytoséides grands amateurs d'araignées rouges.
Prunelliers, viornes, sureaux, cornouillers, lauriers tins qui se resèment et se bouturent un peu partout  (quand je disais que c'est gratuit!) tenteront les coccinelles, et de nombreux acariens carnivores qui, feront des festins de pucerons et autres indésirables végétariens.
Non seulement la haie est utile, je dirais même indispensable mais en plus elle est belle: fleurie au printemps, ses baies, rouges pour la plupart feront sourire l'hiver.

1 commentaire:

Enitram a dit…

Tout à fait d'accord ! Même dans La Manche, elles disparaissent pour laisser la place au maïs !!! Désespérant !
Belle et heureuse année !