jeudi 31 mai 2012


Il ne suffit pas d'être beau encore faut-il sentir bon et c'est encore plus vrai pour le jardin...
Après une pluie d'orage, les roses embaument encore plus et rivalisent avec le magnolia, le chèvrefeuille, l'oranger du Mexique. Pour mieux les apprécier , évitez de les planter trop près les uns des autres.

Au bord des allées, disséminez oenothères, belles-de-nuit, héliotropes, pois de senteur  ou amaryllis belladonna et respirez à pleins poumons....

mercredi 30 mai 2012

La cadeau du matin





Le première "laitue rose", ainsi que la persiflent des jaloux, vient de défroisser ses pétales...

samedi 26 mai 2012

L'ami des Bêtes


Je n'arrête pas de me réjouir de ce que, dans toute l'immensité et la diversité des formes vivantes, il y ait ces deux miracles, le chien et le chat, qui veulent bien vivre leur vie auprès de nous, dans nos jambes, sans avoir rien perdu de leut animalité.

Caresser un chien, c'est rendre réel l'éléphant, la girafe, l'ours, l'auroch, le dinosaure... Toute l'évolution sort des livres et des zoos à la queue leu leu, et fais le gros dos sous ta main. Ils s'ébrouent, reniflent, se grattent... existent, quoi. nous font exister en tant que bêtes. Nous accueillent en frères, avec nos poils rares mais obstinés et nos sueurs mal étouffées par le complet veston.

Etre une bête parmi les bêtes, et le savoir. Les bêtes ne savent pas. C'est là tout notre privilège.


CAVANNA

vendredi 25 mai 2012

Paroles de Fleurs




Si en réponse à vos voeux amoureux, vous recevez un bouquet de HOUX, prévoyez d'avoir à vaincre une forte résistance.
Envoyez alors une HEMEROCALLE en signe de votre persévérance.
L'objet de votre flamme, touché, vous retournera une bûche de HETRE.
Un bouquet de GUI lui montrera que vous êtes prêt (e) à surmonter tous les obstacles.
Vous recevrez peut-être alors une passiflore en signe qu'elle (ou il) vous croit.
C'est le moment d'offrir l'HELIANTE qui dit : je n'aime que vous.
Alors pour vous répondre : je vous aime on vous donnera une HELIOTROPE.



La Vie des Champs


"Préparez longtemps d'avance la terre qui doit recevoir les génreux plants de la vigne: entrecoupez les coteaux de fossés; puis retournez les glèbes et livrez-les au souffle de l'aquilon. Les terrains friables sont les meilleurs. Cette qualité, ils la doivent aux vents, aux frimas, et au robuste vigneron qui les remue en tous sens. Les cultivateurs dont la prévoyance songe à tout, choisissent, pour former leur pépinière et disposer leurs plants, un terrain semblable, pour que les jeunes ceps, brusquement arrachés du sol natal, ne s'aperçoivent point qu'ils ont changé de mère. Ils vont même jusqu'à marquer sur l'écorce l'exposition de chacun d'eux, le côté qui recevait la chaleur du midi, celui qui était tourné vers le nord, afin de leur rendre les mêmes aspects: tan tles premières habitudes ont de force! Examinez d'abord s'il vaut mieux planter la vigne sur les coteaux ou dans la plaine. Si vous choisissez une grasse campagne, serrez les lignes de vos plants: quoique pressés, ils n'en seront pas moins féconds. Préférez-vous un sol montueux et le pencant d'une colline, donnez-leur plus d'espace, et que vos ceps, parfaitement alignés, laissent entre eux des intervalles égaux."

VIRGILE - Géorgiques

mardi 22 mai 2012

Le coucou a chanté, les saints de glace sont passés et l'aubépine est défleurie. On peut espérer qu'il ne gèlera plus.
Dans ce cas, il est temps d'ébourgeonner ce pied de vigne qui orne votre façade ou qui ombrage une tonnelle.
Il s'agit de supprimer avec l'ongle les petits bourgeons qu'on voit sur la base des pousses de l'année.

mercredi 16 mai 2012

Gâteau du jour: le Saint-Honoré


Quand il pleut à la Saint-Philippe
N’apprête ni tonneau ni pipe.




Hermès ce grand voyageur,  se doutait-il que notre mécréante époque, lui élèverait un temple dédié au bagage de luxe rue de faubourg Saint-Honoré à Paris ?
Saint Honoré, patron des boulangers-pâtissiers que l’on fête justement le 16 du ce mois de mai que gouverne Mercure, autrement dit,Hermès.

Saint Honoré fut, au VI° siècle, évêque d’Amiens. En 1060, Lors d’une sécheresse persistante, on sortit la châsse du saint pour faire une procession, avant même le retour du saint dans l’église, la pluie tomba en abondance, ce qui le rendit populaire dans toute la Picardie
En 1204, Renaud et Sybille Chérée, deux picards « montés » à Paris, lui élevèrent une église et les parisiens garderont la mémoire du saint puisque restent encore une rue et un faubourg à son nom, plus une église située dans un autre quartier, où l’on anoblit le saint du nom d’Eylau pour commémorer la bataille de 1807 gagnée conjointement par Napoléon et le tsar AlexandreI°.
La rue Saint Honoré, longue de 1804m, si on la prolonge des 2070m de son faubourg, rivalise presque avec la rue de Vaugirard qui avec ses 4360m est réputée être la plus longue de Paris.
Au 155, se trouvait l’Hospice des quinze-Vingts fondé par saint Louis pour accueillir 15 fois 20 aveugles.
C’est au 161, que se trouve l’emplacement de la porte Saint-Honoré de l’enceinte de CharlesV  dont tenta de s’emparer Jeanne d’Arc le 8 septembre 1429.
Ravaillac, quand il vint à Paris pour assassiner Henri IV logea à l’hôtel des trois pigeons, à l’angle de la rue Saint-Roch.
C’est dans cette rue que s’établit en 1772, à l’enseigne du « Grand Mogol », Rose Bertin, la modiste de Marie Antoinette.
Elle fut aussi le théâtre de nombre d’évènements : c’est, par exemple, au carrefour de la Croix du Trahoir, à la hauteur de l’actuel 111, que débuta Fronde.
Molière y naquit en 1622 au n° 96, à l’angle de la rue des Vieilles Etuves. Il aurait pu dans son enfance y rencontrer Cyrano de Bergerac dont la maison natale se trouve dans une rue adjacente .Ce Cyrano qu’Edmond Rostand fait évoluer dans le cabaret pâtisserie de Ragueneau qui se trouvait au 149. Le vrai Ragueneau aussi généreux que le peint Edmond Rostand finit sa vie, ruiné, comme moucheur de chandelles chez Molière.

Et c’est par là que l’on revient au gâteau, crée par Chiboust, lui aussi pâtissier à hauteur du Palais-Royal et qui lui donna le nom de la rue où il avait son commerce.
C’est une spécialité parisienne un peu compliquée à réaliser à la maison.
Si vous n’en trouvez pas chez votre pâtissier voici en gros la manière de s’y prendre :

Vous garnissez un fond de moule à tarte d’une abaisse de « pâte fine » (vraisemblablement sablée ou sucrée). Vous humectez le pourtour et le garnissez à l’aide d’une poche à douille d’une couronne de pâte à choux que vous dorez à l’œuf battu. Vous enfournez 15mn environ à four moyen.
Avec le reste de pâte à choux, vous fabriquez une douzaine de petits choux également dorés à l’œuf et enfournés 15mn.
Pendant ce temps, vous faites cuire 250gr de sucre mouillé de 2dl d’eau « au cassé ».
Quand le mélange bouillonne, on trempe l’index (humecté d’eau fraîche, ça vaut mieux) dans le mélange ; le sucre retiré doit « casser » sous la dent et ne plus coller.
Vous y trempez les petits choux que vous disposez autour de la couronne de pâte.
Ensuite vous garnissez l’intérieur avec ¾ de L ; de crème pâtissière à laquelle vous aurez ajouté 6 feuilles de gélatine diluée dans l’eau froide et 6 blancs d’œufs montés en neige ferme et légèrement sucrés.
Et voilà ! Ce n’était pas si compliqué que ça !
Il ne vous reste plus qu’à remettre de l’ordre dans la cuisine….



jeudi 10 mai 2012

mercredi 9 mai 2012

Araignée du jour... bonjour!!!


Arachné la fileuse, se prétendit plus habile qu'Athéna. Il ne faut pas défier les déesses; Arachné fut changée en insecte.
Pour la voir au travail, ouvrez le lien envoyé par Frankie...

lundi 7 mai 2012



"Accoutumez d'abord le cheval à la vue des armes et des guerriers, aux accents du clairon, au grincement des roues et au cliquetis des freins. Que, chaque jour, il soit plus sensible aux éloges flatteurs de son maître, et frémisse de plaisir au bruit de sa main caressante. Qu'il s'enhardisse à toutes ces choses, dès qu'il est sevré, et que, faible encore, craintif et sans expérience, il présente déjà sa tête à un léger licou.
Mais, au bout de trois ans, quand sera venu le quatrième été, qu'il commence à décrire des voltes, à frapper la terre en cadence et à plier tour à tour ses flexibles jarrets. Que cet exercice soit pour lui un travail. Puis, qu'il défie les vents à la course, et que, volant dans la plaine, comme s'il était sans frein, il touche à peine la terre de ses pieds."

VIRGILE - Géorgiques

mardi 1 mai 2012




Au premier jour de mai la pluie,
Les coings, Madame sont cueillis.

LE PREMIER MAI

Dans le ciel du mois de mai, on voit passer les Pléïades qui annoncent le retour des beaux jours. Elles étaient sept nymphes, filles d’Atlas et de Pléione.
Electre, Taygète, Stérope, Mérope, Alcyone, Séléno et Maïa étaient poursuivies par Orion le chasseur .Pour les sauver, Zeus les change en étoiles. Mais Orion, changé a son tour en étoile continue la poursuite.
Maïa, devenue déesse de la terre et de la fécondité a donné son nom au cinquième mois de l’année.

Il entre au son des cloches dans la première nuit de mai parfumée de muguet. Ce carillon voudrait éloigner sorcières et sorciers qui, dès la première heure, courent par les bois et les champs. Ils vont tout nus se rouler dans la rosée qui est excellente pour la peau. Si vous ne craignez ni les sorciers ni ceux qui les pourchassent, vous pouvez en faire autant. La rosée fait passer la gale et l’acné, guérit des dartres, de la phtisie et des goitres ; elle fait pâlir les taches de rousseur et blanchit le linge marqué de rouille. Elle fait aussi revenir les amoureux volages.
On dit qu’en 1515, Catherine d’Aragon se fit accompagner de vingt-cinq dames d’honneur pour aller à l’aube dans ses jardins, prendre la rosée.
Certains sorciers recueillent la rosée dans des barattes que les bretons nomment « ribottes » ; ils versent leur récolte dans les abreuvoirs des vaches pour faire tourner leur lait.
En revanche, en Poitou-Charentes, et en Sologne, sortir le troupeau à l’aube du premier mai et quel que soit le temps, le garde en bonne santé et le préserve des maladies mortelles et accidents qui pourraient survenir dans le mois.
Le lait du premier mai a des vertus remarquables : il procure force et vigueur. C’est que les vaches ont brouté l’herbe imprégnée de rosée magique. Il faut aller le boire, ce lait, de bon matin dans les fermes. On vous l’offrira volontiers et la doyenne de la maison trempera dans votre bol un sarment de vigne qu’elle sucera.  Puis elle souhaitera à tous les présents du bonheur pour l’année. Vous garderez le sarment. Si effectivement l’année se passe bien, vous le nouerez à un ruban sur lequel vous aurez brodé  la date et vous garderez le tout comme porte bonheur. Dans le cas contraire, il faudra le brûler.
Sachez que le serein, la rosée du soir, a les mêmes vertus.

Au temps des  anciens Germains,  montées sur leurs manches à balais, les sorcières se rendaient à leur rendez-vous annuel, pendant la nuit du 30 avril au premier mai, sur la montagne du Blocksberg, la plus haute du massif du Hartz. Saint Boniface envoya une jeune anglaise nommée Walburge mettre fin à ce Sabbat. Elle fut canonisée sans pour autant y avoir changé grand-chose puisque en sa mémoire cette nuit fut nommée la nuit de Walpurgis.


La nuit du premier mai est partout une nuit magique ; les jeunes américaines qui déposeront un mouchoir sur un buisson y verront le lendemain inscrit en lettre de rosée le nom de leur amoureux. Avant de les épouser, ces jeunes gens iront chercher les pots remplis d’or qui se trouvent dans les ruisseaux ou au pied d’un arc-en-ciel. Leurs dirigeants, pragmatiques et qui croient aux vertus du travail,  plutôt que d’aller patauger dans l’eau fraîche,  ont inventé, le I° mai 1886, la Fête du Travail. Idée que reprirent les socialistes lors d’un congrès international qui s’est tenu à Paris peu après.