lundi 10 janvier 2011

Ben mon vieux!!

On dit qu'un homme pour accomplir sa vie doit avoir eu un fils, écrit un livre et planté un arbre. N'hésitons jamais à planter un arbre. Je me souviens d'un monsieur que je trouvais vieux: nous attachions les chevaux à une clôture pour examiner de jeunes pousses de merisier. Pleine de zèle, je commençais à arracher les ronces que je croyais les étouffer: "Ah, malheureuse! Ne fais pas ça! si tu les dégages, les lapins et les chevreuils vont les boulotter! et tu vois , ajouta-t-il, un jour (le soleil était de plomb ce matin-là) un jour nous serons content de chevaucher à l'ombre de ces arbres."
Et moi, du haut de mes trente ans, je considérais ce vieil homme et les 20 cm des arbrisseaux et je le trouvais bien optimiste. Il a vécu longtemps et nous avons chevauché à l'ombre (encore légère ) de ces merisiers.
On ne plante pas un arbre pour soi; ceux qui font notre admiration nous viennent des anciens qui les ont planté pour nous et ceux qu'à notre tour nous plantons donneront leurs fruits ou leur ombre à des gens que nous ne connaîtrons pas mais à qui nous serons ainsi reliés; car ils vivent vieux nos arbres: un aulne peut atteindre 350 ans, le lierre dont on a tant de mal à les délivrer: 450. Un marronnier vivra 600 ans, l'olivier 700 et le cèdre 800. Au Jardin des Plantes, il en est un, planté en 1736 par Jussieu qui l'avait rapporté d'Asie Mineure; il est encore très jeune et il a un frère jumeau planté également par Jussieu dans le parc du château d'Ozoir-la -Ferrière.

3 commentaires:

Lulu Sorcière a dit…

Nous avons planté de nombreux arbres et nous en plantons encore. Au départ en effet c'est un peu décourageant, et on en perd parfois. Mais une petite dizaine d'années après, le moral remonte, ça commence à ressembler à quelque chose.
20 après, en effet le cheval et l'âne trouvent l'ombre aussi bien sous nos p'tits jeunes que sous la ribambelle de noyers dont nous avons hérité !
Bises à toi Pomme !

almanachronique a dit…

oui, mais le problème, c'est que le cheval est néfaste à l'arbrisseau... l'âne, je sais pas!
P.

Lulu Sorcière a dit…

Oui tu as raison ! Il faut entourer les p'tits arbres, soigneusement, pas toujours ni facile ni esthétique...
Mais avant l'âne et le cheval, nous devions déjà nous méfier des lapins !
Bises.