lundi 25 janvier 2016

Taupe et sureau

C'est à longueur de chroniques qu'on s'indigne ici à propos du sans-gêne des taupes autant que des sureaux.
C'est à longueur de chroniques également qu'on s'indigne contre les méthodes cruelles utilisées pour éradiquer les unes , tandis qu'on s'indigne dans d'autres chroniques contre l'arrachage intempestifs des haies champêtres largement habitées par les autres.

Serait-ce que la chroniqueuse ne sait plus ce qu'elle dit ni ce qu'elle désire?
Nenni, la chroniqueuse éprise d'harmonie universelle souhaite une pelouse sans monticules, des taupes dévoreuses d'insectes et des sureaux bons enfants qui garnissent les abords tout en nous offrant leurs bienfaits.
Voici de quoi satisfaire tout le monde: sachez tout d'abord amis jardiniers , que la taupe déteste le parfum du sureau. Aussi, quand vous allez tailler ces sureaux quelque peux envahissants, gardez soigneusement quelques branches que vous planterez dans les taupinières intempestives. Attention toutefois, le sureau ne se bouture que trop bien; ne transformez pas votre jardin en bosquet.
Gardez aussi, au prochain automne une bonne provision de feuilles à étaler autour des taupinières..
En principe, je dis bien en principe, la taupe incommodée ira en fronçant le nez s'établir un peu plus loin.

Aucun commentaire: