samedi 7 mars 2015

Les serpents

La première question que je pose à la gardienne de ma petite maison est toujours la même:
-Y a-t-il beaucoup de bêtes cette saison?
-Pas de trop, me dit-elle cette année. Seulement beaucoup de serpents. Des serpents de deux espèces.
-Quelles deux espèces?
-De ceux-là qu'ils n'ont pas de pattes, et de ceux-là qu'ils ont des pattes.
Ravalé au rang de serpent, un gros lézard vert resplendissant, vert comme un lophophore, vert comme une cétoine-des-roses nous écoutait, le ventre collé à une branche:
-Un de ceux qu'ils n'ont pas de pattes, il a pris un petit poulet chez le voisin. Comme ça long, peuchère, il était avec du vert, et du marron, et bien habillé de partout.
A ce portrait, je reconnus le long, le vigoureux zaménis, mordant à l'occasion, et auquel l'homme n'a jamais pu faire comprendre qu'on lui donne licence et applaudissements s'il mange un mulot, mais qu'on lui casse les reins s'il dérobe un poussin...
COLETTE - Belles saisons

Aucun commentaire: