Y'a un truc: pour doubler la récolte de pommes de terre, coupez les semences en deux avant de les planter

Il est temps de: traiter le pêcher contre la cloque

Y'a du monde au balcon: renouveler les jardinières d'été avec de jeunes plants

Qu'est-ce qu'elles disent?: la violette parle de modestie et de simplicité.

Au bon vieux temps: on cultivait la campanule à fleur de pêcher qu'on cuisinait comme l'épinard.

lundi 30 décembre 2013

La soupe de racines-



Nous a-t-on assez seriné que jadis, durant les longs hivers, la famine était telle que les pauvres gens se nourrissaient de racines !
Que ferions-nous si nous en étions réduits à cette extrémité ?
Nous irions tout simplement au potager déterrer des carottes, des navets, du céleri, du panais, des topinambours, des rutabagas…
Aussi, pourquoi après cette succession de repas de fêtes et le retour du sinistre Embaragastrix, ne pas revenir à la diète rustique de nos aïeux ?
Nous allons donc prendre une grande casserole au fond de laquelle nous déposerons deux belles tranches de lard fumé. Vous les couvrirez de tout ou partie des « racines » citées plus haut. Vous leur ajouterez deux pommes de terre et une tasse de coulis de tomates plus quelques feuilles de chou et deux branches de céleri ; n’oubliez pas deux oignons et le bouquet garni. Mouillez à hauteur, couvrez et laissez mijoter une demi-heure. Le lard vous dispense de saler.

Au bout de la demi-heure, ajoutez deux grosses poignées de macaronis et laissez encore dix minutes. Puis, rectifiez l’assaisonnement et servez bien chaud.

2 commentaires:

LOU a dit…

Ça j'adore...
Ceci dit, Embaragastrix est plutôt côté Astérix ? Obélix ou Assurancetourix ?

Veronica B a dit…

Miam ça a l'air bon, tiens je vais acheter des pas nés, des carottes du chou du lard et faire une bonne soupe pourceau weekend !