dimanche 29 juillet 2012

Y'a un truc


Si le jour de Saint-Samson
Le pinson boit au buisson,
L'amour peut chanter sa chanson,
Le vin sera bon.

es fraisiers commencent à "remonter". N' abîmez pas les fraises en les lavant à grande eau, ce qui leur fait perdre leur parfum. Ce que vous perdriez volontiers en revanche, c'est la terre et le sable que vois avez ramassés et même temps. Mouillez un torchon, placez-y les fruits et secouez les doucement. Le tour est joué! Ce qui "monte" également, ce sont les laitues. On en sème toujours plus qu'on n'en consomme. Sachez que les feuilles de laitues appliquées en masque , calment les irritations des yeux et font dégonfler les visages bouffis.
PP

vendredi 20 juillet 2012

dimanche 15 juillet 2012


"Nos compagnons les plus parfaits n'ont jamais moins de quatre pattes"

COLETTE

jeudi 12 juillet 2012

Un jardin...


"Un joli jardin rustique, clos par une haie vive adossée à des quartiers de roc, s'étendait autour de la maisonnette; nous arrivâmes, non plus par un sentier pierreux, mais par une belle allée, aux deux côtés de laquelle des légumes splendides s'étalaient en lignes régulières comme une armée en ordre de marche. Un bataillon de choux composaient l'avant-garde; les carottes et les salades formaient le corps principal, et, le long de la haie, l'oseille modeste formait le cortège. De jolis pommiers, déjà forts, inclinaient sur ces plantes leur parasol de verdure, et les poiriers en quenouille, alternant avec les poiriers en éventail, les bordures de thym et de sauge baisant les pieds des tournesols et des giroflées, trahissaient dans Patience un singulier retour à des idées d'ordre social et à des habitudes de luxe.

George SAND - Mauprat, ch.XVI

mardi 3 juillet 2012

Envie de Jardin



Une envie de jardin, qu’est-ce ???
Elle nous prend soudain… une certaine qualité de l’air, de la lumière et voici que le devoir se transforme en envie. Il est là, il appelle : c’est le jardin ; de bulbes se préparent à fleurir ; on commence à distinguer ce qu’il faut dégager ; ce n’est pas encore la pariade des oiseaux, mais les mésanges font des acrobaties autour de la mangeoire ; elles dévorent les boules de graisse, tandis qu’une primevère surgit entre deux dalles disjointes au milieu de l’allée.
Un rosier nous tend un reste de rose oublié à l’automne ; il faut songer à le faire beau…