samedi 20 août 2016

Le boeuf mode en gelée

En Août comme aux vendanges,
Ni fête ni dimanche

Il fait chaud! Les amis, les cousins, viennent profiter de la fraîcheur de votre tonnelle; et le barbecue, y'en a marre! Ca fume, ça pue et ça massacre la pelouse; la viande est brûlée d'un côté et crue de l'autre. Ca n'amuse que l'élément mâle de la population qui s'occupe des braises et jamais de nettoyer, la grille et les ustensiles. Comment éviter la calamité?
Préparez la veille un boeuf mode en gelée:
Il vous faut un beau morceau de boeuf; deux livres environ de "tranche ou de culotte"; du plat de côte peut faire l'affaire, mais évitez le gîte qui est trop sec.
Vous le piquez de gros lardons et vous lui faite prendre couleur dans un peu de matière grasse de votre choix, puis vous mouillez de bouillon et d'un petit verre d'eau de vie; ajoutez une couenne de lard, un pied de veau coupé en morceaux, une tranche de jambon; et du persil, du thym, du laurier, un oignon piqué de clous de girofle, du poivre, un soupir de sucre, et doucement sur le sel, à cause du lard!
Faites mijoter une heure par livre à feu doux. Attention! ne pas faire bouillir, juste frémir sinon le jus se trouble.
A la fin de la cuisson, posez le boeuf dans un plat creux ou un saladier; décorez le tour d'une guirlande d'estragon, de rondelles de carottes et de navets cuits à part. Dégraissez la sauce et versez là dans le plat; le morceau de viande doit être recouvert. Laissez prendre au frais et servez le lendemain après avoir renversé le plat. (Pas par terre, dans un autre!)
Il vous reste à faire une belle salade, ouvrir une bouteille de vin à servir frais...
Alors... vous regrettez le barbecue???
Bon appétit!

vendredi 12 août 2016

"Lorsque des étrangers s'établissent dans une nation, il est préférable de les empêcher de rester étrangers; c'est à dire: marions nos jeunes ensemble et qu'il y ait des enfants. La guerre est coûteuse, l'amour bon marché."

Pearl BUCK (Pivoine)


jeudi 11 août 2016

Taupe modèle

Les jardiniers n'aiment pas les taupes; moi, si! (Sauf quand elles sont vieilles, se tiennent sur leurs deux pattes arrières et prennent prétexte de leur grand âge pour me griller la politesse dans une file d'attente.)
La taupe est utile puisque, insectivore, elle élimine nombre de larves et de bestioles trop voraces. La taupinière bousille la pelouse, certes, mais si vous vous contentez d'une prairie au lieu de gazon anglais, les dégâts son minimes; et puis, la terre des taupinières bien remuée et tamisée par les soins de notre veloutée copine est excellente pour les semis, les rempotages et les plantes d'intérieur.
Donc vive  la taupe!
Mais il arrive parfois qu'elle exagère, installe dans le jardin une colonie pourvue de famille nombreuse et là franchement , mon sens de l'hospitalité atteint ses limites. Il faut donc lutter pour un équitable partage des domaines et donc... éliminer quelques taupes. Résolution affligeante!
Tout le monde sait que la taupe est hémophile et que quelques branches de rosier bien épineux (Victor Hugo a des épines redoutables), placées dans les galeries supprimeront l'envahisseur.
Je ne peux m'y résoudre : c'est trop cruel!
Il existe une autre solution: la taupe a l'odorat délicat. Placez au lieu des mortelles épines, quelque boules de naphtaline à l'entrée des demeures de la dame. Dégoûtée, elle ira installer plus loin ses pénates.
On peut aussi se fier à la nature; un jour, un oiseau distrait laissera tomber dans votre jardin une graine d'épurge, cette euphorbe qu'on nomme aussi "chasse-taupe". Elle va se dresser telle une hallebarde dans vos massifs; elle n'est pas jolie, jolie, mais si efficace.... au moins dans son rayon d'action qui est environ d'une dizaine de mètres. C'est toujours ça; et puis, l'épurge fera des graines qui se disperseront un peu partout . Bientôt les taupes ne seront plus qu'un souvenir; mais voilà l'épurge est envahissante et il se pourrait bien qu'un jour ,vous ne regrettiez les taupinières.

PP

dimanche 7 août 2016

Plus fort que l'UE

HORTICULTEURS! VITICULTEURS! UNISSEZ-VOUS:

Greffez des plants de rosiers sur des plants de vigne, ça fera du vin rosé naturel.

Pierre DAC

vendredi 5 août 2016

L'oeillet


Réfléchissez bien avant d'offrir des oeillets. Bien des gens s'en méfient, les artistes surtout!
Cette superstition vient-elle de la cruelle origine qu'on lui attribue?
Diane l'inconséquente avait l'habitude de se baigner nue et détestait qu'on la regarde. Un jeune berger l'avait surprise à sa toilette. Pour le punir, la cruelle lui arracha les yeux qu'il avait fort beaux. Elle s'en amusa un moment.
Puis, vaquant à d'autres occupation et ne sachant plus que faire de ces jouets qui ne l'amusaient plus, elle les jeta au hasard dans un jardin. les yeux prirent racine, poussèrent et fleurirent.
Le langage de l'oeillet change avec sa couleur: blanc, c'est l'amour fidèle; panaché: je ne veux pas aimer; rose chair, l'amour sensuel; rouge, l'énergie.
Prenez garde à l'oeillet couleur ponceau: sous la Terreur, les aristocrates montant à la guillotine en portaient un à la boutonnière. Il signifie depuis l'horreur.
Trève de superstitions, soyons pratiques : l'oeillet attaché sur un arbre fruitier détruit les perce-oreilles qui ravagent vos récoltes.

mercredi 3 août 2016

L'ormeau de Brignoles


On pouvait voir, en 1875,cet arbre plusieurs fois centenaire, ombrager une place de cette petite ville du Var.
L'ormeau avait pour particularité de présenter sur un de ses côtés, une excroissance en forme de tête de cochon. On venait la voir de toute la région et un savetier qui tenait boutique sur la place avait pour enseigne "Au Cochon Royal", car on disait qu'en 1564, le roi Charles IX accompagné de sa mère Catherine de Médicis, s'était reposé sous son feuillage et que les habitants avaient en son honneur des danses provençales. Il était accompagné de son frère le duc d'Anjou et de son cousin, Henri de Navarre, futur roi de France quatrième du nom.
C'était un arbre patriote qui en 1815, ne pouvant supporter de voir une troupe d'Autrichiens camper sous son ombrage, il s'allia au mistral pour faire tomber une des ses branches, tuant net deux soldats.
Les troupes d'occupations évacuées, la tête porcine fut soutenue par une béquille afin d'éviter de nouveaux accidents.