mardi 29 mars 2016

Bizarre, bizarre.... vous avez dit bizarre?



Quels sont ces membres étranges qui sortent de terre? Quel sorte de monstre est enterré là?
Ce n'est pas un monstre et il n'est pas sous terre: c'est un cyprès chauve!














dimanche 20 mars 2016

La Grande Berce

Le Jardin en mouvement naît avec l'apparition de la berce du Caucase en 1980. Qui n'a jamais vu la berce au parfum d'angélique, aux hampes dressées dans les prairies, aux inflorescences plates, grandes comme des assiettes de banquet et couvertes d'insectes, se prive d'un spectacle d'enfance: inquiétude et fascination.
Ma première rencontre avec la berce date du jour où dame Pénichaud, d'une voix rogue et tannée de tabac, m'invite à découvrir l'arrière-cour de son magasin. En traversant la salle encombrée d'ustensiles, elle fait l'éloge de ma mère qu'elle admirait tant. Dame Pénichaud ne marche pas sur l'eau mais elle vend, seule et librement, une quincaillerie ordinaire. Sur un matériel en vogue au siècle passé, pendu aux solives en collection, elle demeure évasive. Entre deux nuages de tabac, cheveux lisses et chignon serré, le visage percé de ses yeux noirs électriques, elle sollicite les clients les plus intimes sur la fonction d'un outil ancien dont tout le monde ici a oublié le nom et le possible usage. Elle le propose à l'identification plutôt qu'à la vente.
Mais le plus important se situe derrière, au jardin, venez voir, elles sont énormes, je les ai là depuis quelques années, je ne sais plus quand, venez voir, je ne connais pas leur nom. Si vous voulez je peux vous en donner des graines. Au pied des murs, de part et d'autre de l'enclos, entre un débarras d'objets destinés à être réparés un jour et la maison voisine, les berces occupent l'espace, hampes dressées au-dessus de nos têtes, ombelles ouvertes grouillant de mouches et de cétoines, plantes étrangères au village, uniques en ce lieu, vous vous rendez compte. Elles nous dominent et plongent la cour sans âme dans un monde enchanté et rebelle. Vous savez, je n'en parle à personne, je ne sais pas comment elles sont venues, regardez comme elles font peur.....

Gilles CLEMENT - Le salon des berces
(à lire absolument !PP)

samedi 19 mars 2016

Cette variété à feuilles sombres
donne beaucoup de petites noisette allongées dont l'amande est recouverte d'une peau rose.
Vous le planterez en automne sans soin spécial. Ensuite, vous devrez attendre plusieurs années avant que se forment les troncs. Des troncs qu'il faudra rajeunir dès que les récoltes de noisettes sont moins abondantes.
Ne taillez pas tout d'un coup. Comme il lui a fallu plusieurs années pour devenir adulte, sa cure de jouvence prendra aussi plusieurs années. 
Au premier hiver, coupez ras la moitié des troncs. Laissez ensuite votre arbre former des perches de remplacement pendant une ou deux années. Dès qu'elles donneront assez de noisettes, il sera temps de couper l'autre moitié. Le noisetier a rajeuni mais la récolte diminue pendant quelques années.
On dit aussi qu'il peut repartir après une coupe rase, mais il faut dans ce cas patienter au moins trois années avant que se montre la moindre noisette.

vendredi 18 mars 2016

La vie des champs

Si votre herse ne tourmente pas constamment le terre, si un bruyant épouvantail n'écarte pas les oiseaux, si votre faux n'élague pas un épais feuillage, si enfin vous ne demandez pas la pluie au ciel, c'est en vain, hélas! que vous contemplerez les riches moissons d'autrui; vous serez réduit, pour assouvir votre faim, à secouer les chênes des forêts...
Si vous observez la marche rapide du soleil et les phases de la lune, jamais vous ne vous tromperez. Quand la lune commence à réparer sa lumière, si son pâle croissant se perd dans un ciel obscur, de grandes pluies menacent les laboureurs... Si le quatrième jour (c'est le présage le plus certain), son arc est pur et nettement dessiné dans le ciel, ce jour entier, et tous les jours suivants, jusque à la fin du mois, se passeront sans pluie et sans vent...
VIRGILE - Géorgiques

mercredi 16 mars 2016

La Langue du Chat


"Beauté se coucha sur le dos. Il prit la plume entre ses pattes de devant, qu'il frotta l'une contre l'autre, comme s'il applaudissait. Il acclamait les chemins de l'air"

Paul GUTH

vendredi 11 mars 2016

Résultat de recherche d'images pour "Benoîte"Un rayon de soleil te pousse Belle Jardinière à nettoyer tes massifs. Tu penses tout comme moi qu'il n'y a pas de mauvaise herbe, mais il y en a tout de même qui en prennent un peu trop à leur aise. Ôte-les bien entendu de la place où elles n'ont rien à faire mais avant de les éliminer pourquoi ne pas tenter de les rendre utiles?
Ainsi la benoîte; c'est un mars qu'on peut-utiliser ses racines et que ses feuilles encore tendres ne demandent qu'à donner à tes salades un délicieux parfum de girofle.
C'est Pline l'ancien qui le premier la mentionne et la très sage et savante Hildegarde de Bingen lui donne son nom en l'honneur de Benoît de Nurcie qui se fête le 21 mars. Excellent moyen de se souvenir que c'est vers cette date qu'il faut la ramasser...et du coup, la sagesse populaire en fait l'herbe de Saint-Benoît. Vers le XVI° siècle la médecine "savante" tente de la discréditer en faisant courir une légende prétendant que la benoîte parfois, ensorcelle qui la possède. En vain; tout jardinier qui la voit pousser, la ramasse et l'utilise. Et il a bien raison puisque de nos jours les phytothérapeutes la réhabilitent.
Que faire donc Belle Jardinière de ce panier de benoîtes dont tu viens de débarrasser tes rosiers et tes jeunes pousses de pivoines?
Presse entre tes doigts les racines et hume le parfum de girofle qu'elles aussi dégagent au bout d'un moment. Ce sont elles que tu utiliseras en liqueur digestive. Ces racines, tu vas la faire sécher dans un endroit sombre et sec; alors tu en feras bouillir 30gr dans un litre d'eau. Laisse réduire de moitié, filtre et ajoute 100gr d'alcool à 80° et 200gr de sirop d'angélique.

Pour plus d'infos , consulter le Livre des Bonnes Herbes de Pierre Lieutaghi.


lundi 7 mars 2016

Encore des pommes de terre...

Sais-tu Bon Jardinier, qu'au Pérou le Centre International de la pomme de terre de Lima, on en conserve 4300 variétés?
Cette excellente pomme de terre à laquelle tu réserves une place de choix dans ton potager; qu'elle soit la ratte délicieuse , la Vitelotte noire, ou la "passion de minuit ou bien encore.... il y a tant de choix!
Hélas, cette chère patate ne résiste guère aux attaques du très sournois doryphore. Que faire? juste en priver ta cuisine et ton jardin pendant une ou deux années. Quand les prédateurs seront morts de faim ou partis vers des terres plus hospitalières (pour eux), tu pourras en replanter autant que tu le souhaiteras.

samedi 5 mars 2016

La langue du Chat

La vérité est là:" le chat est le seul animal qui soit arrivé à domestiquer l'homme".

Marcel MAUSS

jeudi 3 mars 2016

Le pissenlit

Qu'allons-nous faire de ce pissenlit dont les rosaces vont penses-tu, jardinière minutieuse, déshonorer ton gazon?
Commence par imaginer ton gazon fleuri de jaune d'or... en sera-t-il plus laid? que nenni! Mais me rétorques-tu, ce pissenlit est prolifique il se répand partout! Tu as raison mais au lieu de l'éradiquer, il faut le réguler. Comment? en l'empêchant de se semer à tous vents et pour commencer tu vas te dispenser de l'exercice de divination de base consistant à souffler sur ses graines pour savoir si ton amoureux t'es fidèle. Il vaut bien mieux pour te l'attacher, aller ramasser de jeunes rosaces et, les mêlant à la mâche et au cresson lui servir une délicieuse salade encore rehaussée de lardons croquants.
Quand à la fin du mois, tu verras paraître les premières fleurs, prélèves-en 365 que tu mettras dans une bassine accompagnés d'une orange et d'un citron coupés en quartiers. Tu ajoutes un verre d'eau, tu laisses cuire pendant 40mn puis tu filtres.
Verse alors 500gr de cassonade et mets à cuire de nouveau pendant une heure. Il ne te reste plus qu'à mettre en bocaux cette gelée printanière.
Salade, gelée, autant de méthodes contraceptives et agréables pour limiter la propagation du pissenlit.
Il n'en manque pas d'autres dont je t'ai déjà parlé en d'autres temps.