vendredi 30 août 2013

Rubrique nécrologique

On ne peut pas rigoler tout le temps!
Un de vos arbres a mauvaise mine: peut-être est-il victime du pourridié..
KESEKSA???? Une méchante attaque des racines par un champignon aussi mortifère que son nom fait rêver: l'armillière couleur de miel, comestible, mais indigeste. Si vous voyez au pied d'un de vos arbres ce séduisant prédateur, examinez une racine; si vous voyez sous la peau des filaments blanchâtres, c'est lui, c'est le pourridié. Commencez par éliminer l'armilliaire, puis agissez.
Si l'attaque en est à ses débuts, vous coupez la partie infectée. Si, par malheur c'est plus grave, courage! il faut arracher l'arbre, le brûler et désinfecter la terre avec une solution à 2% de formol dans de l'eau.
Attendez un grand mois avant de remplacer le cher disparu, mais attention! "On ne plante jamais dans le trou d'un mort". Aussi n'hésitez pas à modifier un peu le paysage pour assurer santé et prospérité au nouveau venu.

jeudi 29 août 2013

Virgile avait tout prévu... le mal et le remède

"Mais, si l'espèce entière (des abeilles) venait tout à coup à s'éteindre, sans qu'il vous restât aucun moyen de la renouveler, il est temps de vous expliquer la mémorable découverte d'un berger d'Arcadie, et de vous apprendre comment, du sang corrompu des taureaux immolés, on a plus d'une fois vu naître des abeilles... Cette opération se fait quand les zéphyrs commencent à soulever les flots, avant que les fleurs nouvelles émaillent les prairies, et que l'hirondelle babillarde suspende son nid aux poutres de nos toits. Cependant les humeurs fermentent dans les flancs amollis de l'animal. O prodige! on en voit sortir des insectes, d'abord sans pattes, qui agitent bientôt leurs ailes bruyantes, et prennent enfin leur essor dans les airs, comme ces gouttes de pluie qu'épanche un orage d'été, ou comme ces flèches que lancent les Parthes, quand ils engagent le combat."

La Langue du Chat

"Les yeux de ce mystérieux animal qui, dans chaque prunelle, a la profondeur et les étoiles d'un coin de ciel."

Armand SILVESTRE

mardi 27 août 2013

Le temps qui vient, le temps qui passe...

Imaginons...
Imaginons, un monde sans pollution, sans carburants, un monde où vivre à la chaleur du soleil, à sa lumière et celle de la lune, des étoiles et des chandelles. Plus de moteurs, plus d'autres bruits, que le vent dans les arbres, le cours des rivières et le chant des oiseaux. On fait cuire le pain, pousser le blé et l'avoine des chevaux; on va couper son bois. Plus d'ordinateur, plus d'internet ni de télé et d'ailleurs avec toute la besogne à faire pour vivre, on n'aurait plus le temps!
Le temps... mais oui, le temps...pas celui qui passe, mais celui qu'il va faire. Comment savoir s'il va pleuvoir, s'il fera sec, si la gelée s'annonce? Plus de bulletin météo... Comment faire?
Observer...comme faisaient les anciens. Observer, la direction du vent, la forme et la couleur des nuages et nos outils aussi, puisque désormais nous utilisons faux et cognée.
Si au matin les lames sont humides, veinées de bleu et de rose, si le manche adhère à la main; si la gerbe d'avoine liée semble plus lourde, si l'herbe est blanche de gelée, la pluie est en chemin. En revanche, si la rosée ne remonte pas en brouillard, il est certain que le soleil va sécher ses larmes.
Observez... observez... Observez la lune; entourés d'un halo couleur d'ambre, elle annonce le vent; si sa couronne est argentée, c'est de la pluie; mais si elle brille, claire dans le ciel de nuit, le beau temps est certain (en hiver, la gelée aussi!)
Observez... observez... observez les animaux.
Voilà qu'il pleut; si les poules se mettent à l'abri, ça ne va pas durer; si, indifférentes, elle continuent à picorer sous l'averse, il y en a pour la journée. Elles se grattent, les plumes en aigrette, elles se roulent dans la poussière; les coqs affairés battent des ailes d'un air important; les oies, les canards plongent et replongent en poussant des cris? Voilà l'orage!
Si par un matin superbe, sans un nuage dans le ciel, les pigeons indifférents à la nourriture, s'alignent sur le toit, blottis les uns contre les autres en regardant vers l'est, la pluie est pour demain.
S'ils restent près du pigeonnier, pressés de rentrer, sortez le parapluie, l'averse est proche. Mais si, par une pluie battante, vous les voyez sortir, c'est que le beau temps revient.
Le vent, la bourrasque, la tempête obligent les boeufs et les vaches à cabrioler dans leur pré, les pies à jaser et se battre; quant aux pigeons, ils doivent impérativement battre des ailes à grand bruit.
Observez... observez et vous verrez le temps venir sans le laisser passer...

lundi 26 août 2013

Des fleurs dans l'assiette


Les fleurs sont bonnes pour les yeux et le moral; elles sont bonnes aussi dans nos assiettes.
Le robinier par exemple, plus connu sous le nom d'acacia, porte de fin mai à juin des grappes de fleurs pendantes au parfum évoquant le fleur d'oranger. Ne vous contentez pas de les respirer: cueillies au début de leur épanouissement, elles sont délicieuses en beignets sucrés ou salés.
Les fleurs jaunes , oranges ou rouges de la Capucine réjouiront les salades autant que les pelouses.
C'est une annuelle qui se sème après les dernières gelées c'est à dire quand la lune rousse décroit et que les saints de glace ont fini de sévir, dans la deuxième moitié de mai.
Si vous préférez le bleu, choisissez la bourrache; on la sème au printemps ou à l'automne et finit , si elle se plaît par se naturaliser.
Les fleurs blanches en forme de tulipe du Yucca Gloriosa pendent par grappes sur cette grosse tige haute d'environ 1mètre qui jaillit de feuilles vertes et étroites, se consomment en salade ou accompagnent les légumes auxquels elles ajoutent un léger goût de noisette.
Les fleurs d'oranger ou de citronnier, la rose, la violette, le jasmin agrémentent les confitures.
Et saviez-vous que les câpres sont les boutons floraux du câprier commun qui est rustique en provence. Cueillez-les jeunes et faites les macérer dans un bon vinaigre.
Quand au clou de girofle, il est lui aussi le bouton floral mais desséché du giroflier, myriacée aromatique originaire des Moluques.
P

dimanche 25 août 2013

La langue du chat


Je ne crois pas que le chat soit indépendant de nature. Il s'adapte aux conditions d'existence. Ceux qui semblent le plus indépendants sont ceux dont on s'occupe le moins.

Juliette RAABE

samedi 24 août 2013

petit écho du jardin



Après cet été bien trop si et pas assez ça, quelques jours de chaleur nous l'on fait trouver trop sec ! Mais voici que le ciel, débonnaire, nous déverse en fin cette eau désirée–sous forme de gros orages, parfois – en fin de journée et la nuit. Pour mettre un comble à ses bontés, il nous délègue dans la journée, du soleil, une température clémente et il conseille au vent de retenir son souffle.
C’est donc le bon moment pour aller biner les rosiers, car on ne le répétera jamais assez, un bon binage vaut dix arrosages !
Autour et au pied d’iceux, prospère la mélisse. On empêche difficilement la mélisse de prospérer, mais si elle exagère, inutile de se formaliser. Utilisons-là en bordures comme on ferait du buis, lequel ne reprend pas toujours et pousse fort lentement. La mélisse en revanche, vigoureuse et empressée, donnera rapidement à votre potager un look monastique fort à la mode ces derniers temps, puisque comme pour nos habits, il est une mode pour nos jardins. On n’est pas obligé de la suivre !
Si le jardin du Moyen-âge  convient au potager, il n’y a aucune raison de remplacer nos britanniques et échevelées mixed-borders par des massifs bien peignés….
Et tout ça pour en arriver où ?
Ah, oui ! la mélisse !
Quand la terre est bien meuble, comme ces jours-ci, on arrache sans difficulté les pieds qui poussent où on n’en a que faire, pour les repiquer en bordures au potager. Pour celle qui est déjà installée et dont on déplore qu’elle soit envahie de tant et tant de chiendent, de boutons d’or et autre machins peu vergogneux dont le nom m’échappe, c’est l’heure idéale pour une toilette en profondeur. Les « mauvaises herbes » sont à cette saison moins entêtées qu’au printemps et on arrive à les extirper jusqu’aux racines.
Alors, rosiers bien binés ? Mélisse disciplinée et nettoyée ? Que demander au ciel ?
Il est cinq heures…. Une bonne averse !

vendredi 23 août 2013

C'est pas du cinéma

 Navet, Rosier, Dahlia et les autres...


Il est temps de repiquer les navets que vous avez semés en juillet; ne les laissez pas seuls; ils aimeront  la compagnie des carottes, du cerfeuil, du chou-rave, du persil, sans oublier les etcs... 
Les rosiers commencent à sa fatiguer. Nettoyez -les des fleurs fanées, offrez leur un peu d'engrais et arrosez bien au pied. Ils vont "remonter" et fleurir jusqu'aux gelées. Taillez les non remontants. 
Si les roses se font rares, les premiers dahlias montrent le bout de leur gros nez. Aux alentours de la Révolution, ils nous furent importés du Mexique. Le croiriez-vous, pas pour les fleurs, mais pour les racines destinées à la consommation. Bien vite, on lui préféra la pomme de terre, dont les fleurs en bouquets sont moins spectaculaires. Les jardiniers dont le bon sens n'est plus à prouver, rétablirent l'ordre des choses: la pomme de terre au potager et le dahlia dans les massifs. Faites en des bouquets pour exprimer votre reconnaissance à qui la mérite.

jeudi 22 août 2013

Le cèdre ou la longévité et la révélation-


Le plus ancien des cèdres se trouve au Liban ; on le dit âgé de 25OO ans, ce qui fait paraître bien jeune celui qu’on peut voir au Jardin des Plantes à Paris, planté en 1736 par Jussieu qui l'avait rapporté d'Asie Mineure. Son frère jumeau planté également par Jussieu se trouve dans le parc du château d'Ozoir-la -Ferrière.
Vénéré par les Celtes, le cèdre était pour eux l’arbre de la Connaissance et de la justice divine.
Vous n’êtes pas sur terre par hasard vous que le sort y a placé entre le 14 et le 23 août ou du 9 au 18 février, vous avez un destin à accomplir et vous le savez.
Et vous, parents d’un enfant né dans ces périodes, vous serez surpris de ses grandes capacités d’analyse et de compréhension ; dirigez-le vers la théologie, la médecine, l’architecture…
La sagesse de ceux que protège le cèdre les aidera à franchir tous les obstacles ; jamais un échec ne les abattra et aucun succès ne leur fera tourner la tête. Ils sont des êtres sans égo et d’un désintéressement total.


mercredi 21 août 2013

Dis-moi Vénus

Préparez vos plus jolis flacons... et le reste... avant de boire la liqueur de la déesse....

"Dans un demi litre d'alcool à 90°, mettez 25gr de semences de carottes, 15gr de cumin, 10gr de cannelle, 3gr de macis et 1gr de safran. Laissez infuser environ une semaine, puis décantez et ajoutez un sirop composé de 800gr de sucre pour 800gr d'eau."

Un petit verre avant d'aller dormir pour vous et votre amoureux....
Bonne Nuit...."



mardi 20 août 2013

Le sureau magique

C'est le moment où le sureau donne ses fruits. Ses ombelles se consomment en tisanes, ses baies en sirop. C'est un arbuste-fée et sorcier. On le redoute car il a aussi bonne que mauvaise réputation. On dit que lorsqu'une sorcière meurt, elle se transforme en sureau: "Si une personne te veut du mal, si elle agit contre toi en utilisant le sortilège, dérobe-lui sa veste que tu retourneras à l'envers et frappe-la à tour de bras avec un bâton de sureau, et sois certaine que son dos recevra chacun de tes coups."

Pierre DUBOIS - Elficologue 
Illustration: Claudine SABATIER

lundi 19 août 2013

L'âme des poètes


Baiser! rose trémière au jardin des caresses!

VERLAINE

La Vie des Champs

"Parlerai-je des constellations qui amènent les tempêtes de l'automne?... Souvent aussi s'amassent au ciel des torrents de pluie, et dans leurs flancs obscurs, les nuages amoncelés recèlent un affreux orage. Le ciel se fond en eau, et un effroyable déluge inonde les riantes campagnes que les boeufs avaient fécondées. Les fossés se remplissent; les fleuves débordent avec fracas, et la plaine se couvre de flots écumants."

VIRGILE (Géorgiques)

vendredi 16 août 2013

Votre chroniqueuse et moi-même ne pouvons promettre pour demain et après-demain le passionnantes rubriques quotidiennes que nous tenons à vous offrir.
Nous nous devons, comme chaque deux années, de nous rendre à Aube dans l'Orne (près de Laigle)
, pour notre Festiv'Âne. Nous aurons l'occasion d'y parler , en son château des Nouettes, de notre grande amie la Comtesse de Ségur, demain à 15 heures et dimanche à 14 heures.
Tous les ânes , la Chroniqueuse et votre serviteur, serons ravis de vous y saluer.

L'Âne Onîme et sa Chroniqueuse.



jeudi 15 août 2013

La Langue du Chat


Il y a des chats toujours au guet, malicieux et infidèles, qui font patte de velours....

LA ROCHEFOUCAULD

mercredi 14 août 2013

Un pommier

Le Pommier couché occupe le versant sec du salon des Berces. Son tronc allongé sert de banc. Mais son orientation le prive d'usage: je n'ai jamais vu quelqu'un assis sur le pommier. Ce meuble vivant raconte la puissante histoire des réitérations, mécanismes de régénérescence par lesquels un arbre, alors regardé comme une colonie, assure la survie de son espèce par l'une ou plusieurs de ses nouvelles pousses, Une seule de ces pousses donne aujourd'hui un arbre respectable dont le tronc s'articule à angle droit sur l'axe d'origine, une oeuvre d'art involontaire.

Gilles CLEMENT - Le salon des Berces

mardi 13 août 2013

La Vie des Champs

"Mais, avant d'enfoncer le soc dans une terre inconnue, étudiez les vents et la nature du climat, les traditions locales, les propriétés du sol, les productions que chaque pays donne ou refuse. Ici le blé prospère, là le raisin; ailleurs, sans aucun travail, les arbres se couvrent de fruits et les prés de verdure."
VIRGILE - Géorgiques

dimanche 11 août 2013

Le Châtaignier –

Le Châtaignier –

Vigoureux et vite poussé, dur et souple, la châtaignier est l'arbre aux multiples facettes. Ses feuilles en forme de lance le désignaient aux Celtes comme un guerrier incorruptible, un justicier sans merci.
Natifs du 15 au 24 mai et du 12 au 21 novembre, le châtaignier vous protège et pourtant, vous n'êtes jamais contents. Non pas que vous soyez capricieux, mais la perfection est votre seul souci, votre seul désir. Plus loin, plus haut, telle est votre devise. Vous n'abandonnez rien en cours de route et vos actes, vos paroles sont en parfaite harmonie. Vous n'avez pas votre pareil pour débusquer un vantard, une grande gueule. Ah! si seulement vous aviez un peu d'humour! comme vous en viendriez à bout!

Vous apportiez aux Celtes la lumière.

vendredi 9 août 2013

Légendes des arbres: Le bananier.

Celui que certains docteurs juifs et chrétiens nomment le Figuier d'Adam, et dans lequel ils voient l'Arbre de Science,  n'est autre que le bananier.
On dit même que l'énorme grappe de raisin qui attendait les hébreux dans la Terre Promise était en fait un régime de bananes....



mercredi 7 août 2013

L'arbre qui vous fait signe: Le Chêne ou la puissance

Natifs du 21 mars, résistez à l'envie  qui vous tente de faire un pacte avec le Diable!
Car vous vous sentez assez forts pour défier la Malin, puisque le chêne, l'arbre de Zeus est votre emblème. Il symbolisait chez les Celtes la force et l'énergie vitale que ses racines vont puiser dans les profondeurs de la terre.
Le Chêne, du haut de sa ramure, peut contempler parfois plus de cinq siècles et c'est à travers une nombreuse descendance que vous comptez vous égaler à lui. Une descendance à qui vous saurez transmettre le respect des traditions et le sens des valeurs.
Chêne, vous aimez la gloire, le prestige; la contradiction vous irrite.
Jamais vous ne connaîtrez l'ennui, la morosité et comme rien ne vous effraye, vous serez stimulés par vos échecs que vous saurez transformer en victoires.
Sous votre rude écorce, vous abritez un coeur sensible et votre dévouement ignore les limites.
La bûche de chêne qui flambe en votre foyer est un feu purificateur.

S’il est une nourriture appréciée des sangliers et des porcs qu’autrefois on menait à la glandée, le gland de chêne peut être toxique pour l’homme. On en a fait du café jadis et aussi plus récemment en période de disette ; un café qu’on obtient en broyant le gland et en le torréfiant. Il vaut mieux dans ce cas utiliser les glands doux de chênes qui poussent principalement au Maghreb et en Espagne.
Or la Comtesse de Ségur, qui vivait dans l’Orne où ne pousse pas cette espèce de chênes recommandait d'en donner aux enfants "dérangés" . Ignorait-elle le risque qu’elle faisait courir à ses chers petits en leur proposant ce café ? On ne l’imagine pas.
Sans doute parlait-elle d’une boisson bien connue en son temps et qui fit la fortune de deux de ses contemporains.
Henri Lecoq, universitaire et botaniste, et Jean-Baptiste Bargoin, pharmacien, originaires de Clermont-Ferrand, faisaient commerce de thé et de préparations pharmaceutiques. Vers 1830, les deux associés eurent l’idée d’un breuvage composé de chicorée, de céréales et de glands de chêne doux marocain. D’un goût agréable, doté de vertus thérapeutiques certaines et peu coûteux, le café « Gland Doux » fut un concurrent sérieux du café bien oublié depuis la dernière guerre.

Le Chêne est facile à rencontrer dans les bois qui ombragent la Blaise et dans tout le Thimerais qui faisait partie de la forêt des Carnutes où les druides vêtus de lin blanc et armés d’une faucille d’or cueillaient entre ses branches le gui sacré. Dans les forêts domaniales et les propriétés privées, il en existe de  remarquables.  On peut admirer quelques pluricentenaires dans le grand parc du château de Maillebois mais le plus grand nombre pousse dans des parcelles et se trouve voué au bois de chauffage.
Certes on peut regretter ce banal destin pour l’arbre sacré de Jupiter, pour l’arbre de Justice du « bon ? » Roi Saint Louis, mais cet emploi utilitaire préserve quelques arpents ombragés sur un territoire qui sans cela ne serait que plaine céréalière.