samedi 9 novembre 2013

Le Chrysanthème







Hé oui, comme dit le conte, le chrysanthème n’est autre que la marguerite que l’on effeuille pour savoir si on est aimé : un peu… beaucoup… passionnément.
Voilà une fleur hélas plus souvent associée à la décoration des tombes qu’aux émois amoureux.
 Dès la fin d’octobre on voit partout les grosses boules aux tons d’automne qui fleuriront les cimetières et l’on n’imagine pas d’autre forme au chrysanthème. C’est mal connaître l’infinie variété de ses formes et de ses couleurs.
La famille du chrysanthème (asteracées/composées) comprend à l’origine au moins 20 espèces annuelles et autant de vivaces.  Les annuelles viennent du bassin méditerranéen où elles poussent en sol sec ; les vivaces sont originaires des régions arctiques, du nord et du centre de la Russie, de Chine et du Japon où il est une fleur sacrée. Etre décoré de l’Ordre du Chrysanthème représente un grand honneur pour un japonais.

Les horticulteurs en ont désormais crée tant de variétés qu’on les identifie par un système basé sur la floraison ; on peut même en faire des bonsaïs.

.Le Chrysanthème n’est pas difficile : une bonne terre de jardin, quelques arrosages et vous serez fleuri jusqu’aux premières gelées. N’hésitez pas à pincer les jeunes pousses pour les rendre touffues et obtenir de grosses boules ; ou alors placez les pots en hauteur et laissez-les cascader.
Rentrer les chrysanthèmes en pot quand ils sont défleuris ; ils passeront l’hiver à l’abri du gel et vous pourrez les bouturer et les repiquer en pleine terre au printemps prochain.



Aucun commentaire: