vendredi 29 juillet 2011

La vie des champs

"Rien n'égale la colère des abeilles. Elles se vengent des offenses par une piqûre venimeuse, et, s'attachant aux veines de leur ennemi, elles lui font une blessure secrète, et laissent dans la plaie leur aiguillon avec leur vie...
Si vous craignez pour vos abeilles les rigueurs de l'hiver; si, prenant en pitié leur désespoir et leur détresse, vous songez à leur avenir, n'hésitez point à parfumer leur ruche de thym, et à retrancher les cires inutiles."

VIRGILE - Géorgiques

mardi 19 juillet 2011

Le Pissenlit

Pour le manger par la racine, il est toujours trop tôt et pour les feuilles, il est beaucoup trop tard.
Dommage! Une salade de pissenlits au lardons, assaisonnée d'un filet d'huile d'olives, un trait de vinaigre balsamique et une pointe d'ail est un régal de février. De plus, les vertus diurétiques du pissenlit ne sont plus à vanter et d'ailleurs son nom l'indique fort bien.
Mais alors, que faire du pissenlit en juillet? Le consulter!
Son pouvoir oraculaire est intact: vous faites un voeu, vous soufflez sur le pompon plumeux, plus vite il est dégarni, plus tôt votre souhait se réalise.
Ce faisant vous dispersez ses graines à tous vents, comme le faisait la Dame du Larousse (Julie) , du savoir. Ne songez pas à ses rosaces qui risquent de déshonorer votre gazon à l'anglaise, mais bien plutôt aux excellentes salades de février.

dimanche 17 juillet 2011

Langage des fleurs

"En juillet sombre matinée 
                                    N'empêche pas belle journée"

Jean-Jacques Rousseau aimait entre toutes les fleurs, la pervenche.
Pervenche à qui Chateaubriand offrait ces vers:

"Te souvient-il de cette amie 
Tendre compagne de ma vie
 
Où dans les bois cueillant la fleur jolie,

Hélène appuyait sur mon coeur son coeur?"

Hé, oui! la Pervenche signifie "doux souvenirs".

mardi 12 juillet 2011

Dernières groseilles

Le plus pénible quand on fait de la gelée de groseilles, c'est le nettoyage du tamis plein de sucre et de pépins collés.
Il y a une alternative.
Si vous avez trois kilos de groseilles, vous les faites "crever" à feu moyen; puis vous ajoutez 300 gr de framboises. Quand tout est bien liquide, vous passez au tamis et vous égouttez bien. Si vous voulez une gelée claire , ne pressez pas trop; en pressant, vous aurez une gelée plus compacte, plus proche d'une purée de fruits. Pour ma part, je préfère la deuxième solution.
Ensuite, vous faites fondre 2,5 kg de sucre (roux), dans 1/2 l. d'eau. Quand il est fondu, vous laissez bouillir 12mn, pas plus, pas moins; retirez du feu, versez les groseilles et mélangez bien. Mettez en pot et couvrez pendant que c'est chaud.