dimanche 24 avril 2011

Le truc du jour

 Pour garder vos haricots bien verts, ajoutez un pincée de bicarbonate de soude à leur eau de cuisson.

PP

lundi 4 avril 2011

Le chocolat

Beau temps de Mars,
Se paie en Avril ou plus tard.



La fête de Pâques tombe souvent en Avril. Ce jour là les cloches carillonnent, annonçant leur retour de Rome où elles avaient passé le carême. Elles rapportent dans leurs jupes de bronze quantités d’œuf en chocolat, qu’elles sèment au passage dans les jardins.
Les enfants munis de paniers, vont dans les massifs et les buissons pour en faire la récolte.
Autrefois, les œufs étaient de vrais œufs cuits durs et qu’on bariolait de couleurs vives.
Et puis en 1519, Herman Cortès découvrit le Mexique et… le chocolat.

Mais nos poules eurent encore longtemps à pondre avant que les confiseurs ne les remplacent.
L’histoire du chocolat est longue et ancienne, mais avant de la raconter, ayons une pensée reconnaissante pour Monsieur Van Houten, le génial inventeur du chocolat en poudre, sans oublier ces autres bienfaiteurs de l’humanité que furent les suisses Cailler, Suchard, Kohler, Lindt et Tobler ; et aussi les français Menier et Poulain et tant d’autres par le monde : l’américain Mars, créateur de la barre qui porte son nom, de même que le hollandais Nuts.
Saluons ces hommes de génie, qui d’un seul coup de leurs barres magiques effacent, fatigues chagrins et déprimes. Ils ont fait en sorte de rendre quotidien ce chocolat qui était connu en Amérique depuis la nuit des temps.

Une légende Maya raconte que le héros Hununaphu était nourri de chocolat par les dieux.
Il tomba un jour amoureux d’une fille du peuple souterrain des Xibalba. Leurs seigneurs, qui désapprouvaient cette union, décapitèrent le malheureux et pendirent sa tête à un arbre mort.
Il y restait encore assez de vie pour que voyant celle à qui le héros devait son supplice venir la contempler, la tête cracha sur elle un sang noir dont elle fut fécondée. Cette union étrange et tragique engendra le peuple Maya.
Le reste du sang dégouttant sur le sol se transforma en fruits en forme de calebasses : les cabosses de cacao.
Depuis, sous le nom de cacahualt, la boisson des dieux, les mayas offrent du chocolat aux futurs époux juste avant le mariage. Ils l’utilisent aussi pour purifier le jeunes enfants et en donnent aux défunts pour accompagner leur voyage dans l’au-delà.

Les Aztèques, vers 1300 av .J.C. associent le chocolat à Xochiquetzal, déesse de  la fécondité.

Dans l’ancien Mexique les nobles et les guerriers pour combattre la fatigue, boivent le xocoatl amer et pimentée aromatisé à la vanille et renforcé de piment et de roucou.
Précieuses dans toute l’Amérique précolombienne, les fèves de cacao  rares et importées des vergers Mayas du Tabasco et du Soconuzco sont utilisées comme monnaie d’échange.

En 1519, Herman Cortès découvre en même temps que le Mexique, un grand arbre implanté là depuis près de 3000 ans : le théobroma cacao.
Les Aztèques, Mayas et Toltèques tirent de ses fèves leur « Boisson des Dieux », amère et épicée que Moctezuma offre à son futur persécuteur qu’il prend pour un envoyé du ciel.
Avant ce dernier, Christophe Colomb à qui les Indiens avaient fait présent de cabosses de cacao, les avait pris pour des crottes de chèvres et jetées à la mer. On peut savoir faire tenir un œuf debout et manquer parfois de jugement.

Au Nouveau Monde, missionnaires et conquistadores consomment du cacahualt adouci par la découverte du sucre de canne. Mais c’est seulement en 1528 que Cortès fait découvrir au roi d’Espagne,  Charles Quint le chocolat et les ustensiles nécessaires à sa préparation : la chocolatière et le moussoir.

Au XVII° siècle, le chocolat trace sa route en Europe, apprécié de l’aristocratie et du clergé espagnols d’abord, puis des Flandres et du Pays Bas. Il arrive en France en 1615, par Bayonne, dans les malles de l’Infante Anne d’Autriche qui vient épouser Louis XIII.

Il prendra ses habitudes à la cour du Roi Soleil qui épousa lui aussi une infante. On chuchote que devenue reine, Marie Thérèse buvait tant de chocolat qu’elle accoucha d’un enfant mort né, complètement noir. Son bouffon africain en fut tout attristé.
On sait par Mme de Sévigné que la boisson se consomme à cette époque chaude, comme le café. Le peuple n’y a pas encore accès.

Au XVIII° siècle, Louis XV découvre les vertus aphrodisiaques du chocolat et en offre à ses favorites.
A la même époque, les anglais ont l’idée de le délayer dans du lait.

Enfin, le chocolat se démocratise et l’on sait qu’en 1814, il était fréquemment consommé en France en Catalogne et Roussillon.
Dans les Pyrénées orientales, Jules Paris ouvre la première entreprise, ouvrant la voie à Johannes Van Houten, suivi par les suisses Cailler, Suchard , Kohler, Lindt et Tobler.
En 1821, l’anglais Cadbury fabrique le chocolat noir à croquer.
On commence à planter des cacaoyers en Afrique et des chocolateries industrielles ouvrent en France, en Suisse et aux Pays-Bas.
En 1825, Van Houten parvient à dégraisser le cacao, puis dépose en 1828 le brevet du chocolat en poudre.
En 1830, c’est Kohler le suisse qui ajoute au chocolat des noisettes. En 1847, en Angleterre, Fry commercialise le chocolat en tablettes ; l’année suivante, Victor Auguste Poulain ouvre à Blois une chocolaterie.
C’est Tobler qui en 1870, met au point le chocolat au lait. Emile Menier à la même époque , fait baisser le coût de fabrication du chocolat et ouvre à Noisiel en Seine et Marne une usine moderne assortie d’une cité ouvrière qui sont actuellement classées monuments historiques.
Le chocolat continue sa progression :
1879, Rodolphe Lindt fait du chocolat fondant ; en 1880 Côte d’Or importe en Belgique l’industrie chocolatière ; en 1901, les secrets de fabrication de Lindt tombent dans le domaine public ; en 1904, Poulain met son chocolat en poudre dans la fameuse boîte orange.
En 1914, Banania en rajoutant de la banane en fait la boisson des poilus et commercialise une formule et une image publicitaire aujourd’hui discutables.
En 1920 en Hollande, arrivent les premières petites barres de 30 gr chez  Kwatta, pendant que Nuts invente le…Nuts.
Pour n’être pas en reste aux USA, Mars lance le Milky Way.
Enfin, en 1961, en France, Nestlé nous offre Nesquick, parfumé à la vanille.
Le chocolat n’a qu’un défaut, il est dangereux, voire mortel pour les animaux qui l’apprécient tant qu’ils en perdent tout instinct de survie. Résistez à l’œil suppliant de votre chien ou mangez votre chocolat en cachette ; c’est pour son bien.